ayamun

CyberRevue de littrature berbre

ⴰⵢⴰⵎⵓⵏ, ⵛⵢⴱⴻⵔ-ⵔⴰⵙⵖⵓⵏⵜ ⵜⵙⴻⴽⵍⴰ ⵜⴰⵎⴰⵣⵉⵖⵜ

 

23 me anne

Numro 122 Novembre 2022

 

Email :  ayamun@hotmail.com

 

Retour Bienvenue

 

Tidlisin nniḍen : http://www.ayamun.com/telechargement.htm

 

Inasiwen (claviers) :

1_ Anasiw azegrar :

Clavier complet, deg-s ţ,Ţ, v, o, p ; deg-s taggaɣt (, ġ, k̇, )

2_ Anasiw_n_mass_Sliman_Amiri :

clavier complet, deg-s ţ,Ţ, v, o, p

 

 

Prnoms algriens authentiques (mis jour et augment)

 

Sommaire :

 

1) Texte en prose :  Tameddurt n Galilei  n Bertold Brecht, Tukkist (Isuyas 14_15), asuɣel sɣur Σ.Mezdad, 2006 d 2021

2) Chronique_Tamkudt: Amedwel ( ameṛḍil , amyirḍel ) , tiwizi , tacemlit , dacu n umgired ? sɣur Lmulud Sellam

3) L'article : Le monde berbre vu par les crivains arabes du Moyen-Age, Par Tadeusz LEWICKI, In Actes du Colloque sur les cultures dorigine arabo-berbres, SNED, 1973, Pages 31 40.

4) Tidlisin nniḍen, en PDF : DICTIONNAIRE_FRANAIS_TOUAREG_EMILE_MASQUERAY_1893.pdf

5) Etude : POESIE FEMININE DE LA GUERRE DINDEPENDANCE (1954-1962), Par Ramdane Lasheb

6) Tameslayt : AMAWAL yeţusmersen di Tmeddurt n Galile n Bertold Brecht, tasuɣelt n Σ.Mezdad

7) L'vocation : 7_septembre_1925_Bombardement_du_Rif_par_des_armes_chimiques_et_du gaz_moutarde.jpg et lgende

8) Le pome :  Ukuẓ isefra sɣur Moh Cherbi

8) Toutes  les rubriques :

 

  

 

Retour en haut

Numro 122 Novembre 2022

 

Le texte en prose :

Tameddurt n Galilei n Bertold Brecht

Tukkist (Isuyas 6_7)

Asuɣel sɣur Σ.Mezdad

2006 d 2021

 

 

ASAYES 6

 

1616. collegium ṚummAnum, asudu[1] unadi n Vatikan, yesentem ayen i d-yufa galileo.

 

Aya d ayen ur neẓra s tuggti

Ziɣ llan imussnawen ur nessin.

Clavius, winna yunzen i Ṛebbi

Yefka-yas azref i Galileo.

 

Tazeqqa n Collegium Ṛummnum. Yeɣli-d yiḍ. Imaltaɣen n yirgazen flayen di teddyanit, irahiben, imussnawen, d tirebbuyeε timeẓyanin. Di tama, Galileo, iman-is. Yekker uhetwir meqqer. Uqbel ad yenti usayes ad nsell i teḍsa d abarar.

 

Yiwen WESquf[2] d afuyan yeṭef aεebbuḍ di teḍsa : A taxrur[3]t ! Taxrurt ɣer tayeḍ ! Bɣiɣ win ara iyi-d-yawin tasrist[4] ur yeţamen yiwen.

Amussnaw. Amedya dɣa d kečč, a Sidi, ma yeṭef-ik ukuẓzu meqqren zdat wučči.

ASQUF AFUYAN. Ad amnen, ad amnen. Anagar ayen yellan d ṣswab, ayen isehlen ur ţamnen medden. Win yennan yella Cciṭan, ad cukkten. Ma nnan ddunit teţdewwiṛ al tcireţ, ad d-akkw amanen.  Sancta simplicitas ! a zzman ideg i d-neggra !

YIWEN URAHIB yeţurar tazfi[5] tamellaɣt[6]. Ṭfent-iyi temlellay. Atan ddunit-a ziɣ teţdewwiṛ s temɣawla. Suref-iyi kan ad ṭfeɣ deg-k, a profisur.

Amzun akken yemderkal, dɣa yeṭef deg yiwen umussnaw.

AMUSSNAW, yekcem deg wurar. Aţan, assa teskweṛ akk, temɣart meskint.

Yeṭef deg wayeḍ.

ARAHIB. Ṭfet-aɣ-d ! Ṭfet-aɣ-d ! Aql-aɣ neţecceg. Nniɣ-awen, beddet dinna !

 

AMUSSNAW Win sin : Wanes tennegdam akkw. Ikad-iyi-d kan wezgen di tɣimit-is. Abbuh !

Tarbaεt irahiben uɣalen d tajlibt, rran-ţ i teḍsa, amzun akken ţnaɣen akken ur d-ţwaḍeggiren ara seg uɣerrabu teṭef lɣimra.

ARAHIB wis sin.  Awi-d-ukan ur aɣ-ţzlelliεen ara alamma d aggur ! Ay atmaten, la qqaren tiqcucin idurar-is d acelleḥ i ţcelliḥent.

AMUSSNAW amezwaru. Ur sik̇idet ara d akessar ! Ţaġadeɣ ad i-yeṣegḍi yilem.

ASQUF afuyan, yesuli taɣect-is metwal Galileo akken ad as-isell. D tikerkas. D awezɣi, Collegium Ṛummanum yezga yeččur, ur yezmir ad yeqqim d ilem. Aṭerḍeq n teḍsa annect-ilat.

Seg yiwet tewwurt, tasila[7], ad d-kecmen sin ʼimsagguren n Collegium, Ad d-teɣli tsusmi.

ARAHIB. Aql-akken tezgam teţanim igenni ? D wa iwumi qqaren abehdel !

YIWEN UMSAGGUR, yeggurzen : Nekkni, ugar !

AMSAGGUR win sin. Anida akka bɣan ad aɣ-tawi taluft-a ? Ur gziɣ dacu akka yebɣa Clavius Dɣa i lemmer i nuɣ awal iwayen akka akk i d-fettun 50 iseggasen-a ineggura ! Deg useggas 1572, deg tebruragt akk flayen, tis tam, tabruragt n ʼitran ibedden, itri amaynut yenti acečeε, ma tebɣiḍ deg ugar akk itran i d-iqerben ama di temɣer ama deg uceεceε, werεad yezri useggas d wezgen kra din yensa deg-s, yesegḍi-iţ yilem, Ahat ilaq ad nḥuf : d acu akk i d akud imɣellel, d acu akka d igenni ur nreǧǧen[8] ?

AFELSAF. Ma nunef-asen ufan abrid, ad sergrurjen akk igenni bu ʼitran,

AMSAGGUR amezwaru. Ih, anida akka nteddu ? Akken zrin 5 iseggasen, Aḋanwa Tycho Brahe yufa-d azirez n yiwet tmesriwt[9]. Tkad-d nnig waggur n tziri, syin tenqer-d yiwet s yiwet tiɣlafin n tebrurag, anida ṭfen igerbuzen yeţemḃiwilen deg igenwan. Ur yella kra i s-igezmen tikli, ulac kra i s-yesunfen tafat-ines. Ahat ilaq ihi ad nini : anida rrant tebrurag ?

AFELSAF. Aya d ayen ur nḍerru ! Amek akka dɣa tura Kritofurus Clavius, amsaggur akk aggeεmir n Telyan d teKlisyan yeqbel iger tamuɣli, ad yani taluft am ta !

ASQUF afuyan. S ţbehdila !

AMSAGGUR amezwaru. Yerna atan la yeţani, irennu ! Atan ireṣsa dinna, ḃeεrerrint wallen-is deg uqadus-a n Cciṭan.

AMSAGGUR win sin.  Principiis obstat ![10]  Tigejda ţqarraεent ! Kra n wayen nesmiḍin d iseggasen aya, ggtent tɣawisiwin, teɣzi useggas n yiṭij, azemz n wefsax n yiṭij d waggur n tziri, ibeddi n igerbuzen igenwan, akken i d-nnant ṭablat n Kupernik, neţa yeffɣen taddyanit.

ARAHIB. Asteqsi : yif ma nwala afsax n waggur yezri s 3 wussan akken ara d-yini uwitay[11] neɣ d awezɣi ad rreḥa timɣellelt ?

ARAHIB yejjxen maḍi yuẓa-d, zzmam n bible deg ufus-is, la yekkat s uḍad-is ur t-yelgim deg yiwen usebtar. D acu i d-qqarent tira?  Iṭij, bedd anida yella Gaban, ma s kemm a Tiziri bedd di tefrawt n Ayyaln! Amek akka ara ibedd ʼiṭij ma tuɣ ur yeţdewwiṛ ara, akka i d d-demmun[12] wigi yeffɣen taddiyanit. Ma dɣa skerkisent tira ?

AMSAGGUR win sin : Llant tedyanin i ɣ-d-igellun s wuguren I nekkni s imsagguren-a, argaz εni ilaq-as kra din ad t-yefhem ?

Sin ʼimsagguren ad ffɣen.

ARAHIB yejjxen : Tura kkaten ad rren deg yiwen uḥellab akal anida tlul talsa akked yimtiweg yeddelwiḥen. Ad gren deg yiwet tcekkaṛt amdan yezgan d ilem. Ɣef akka I d-qqaren ur akal ur igenni, d ayen ur nella. Ulac akal imi d imtiweg yeddan d igenni, ulac igenni imi yeččur s wakalen yeggten deg-s. Ihi, ɣur-sen, ulac amgirred yellan gar ukessar d usawen, gar wayen yellan d aɣellel d wayen yeţfakkan. Ih, nekkni neẓra iman-nneɣ neţfakka. Tura la ʼɣ-qqaren ula d igenni yeţfakka. Akken nɣil, yella akken yura di tira, yella yiṭij, aggur n tziri, itran, nekkni nedder, akal nteddu fell-as; sya d afella, lqaεa daɣen ad tuɣal d amtiweg n menwala ɣef akken i d-yeqqar wemdan-a. Anagar imtiwgen i yellan, ulac ayen nniḍen. Ad d-yaweḍ wass anida ara ʼɣ-d-inin ur yella wemdan, ur yella waxut. Amdan s timmad-is d axut, kra yeddren d axuten !

AMUSSNAW Amezwaru, i Galileo : A mass Galileo, sikked kan d acu akka i k-yeɣlin.

 

GALILEO, ayen akk akka yezrin, yesuffeɣ-d si lǧib-ines adɣaɣ, yeţurar yis-s, syin yeɣli-yas ɣer lqaεa, dɣa yunez akken ad t-id-yeddem. D alluy, a Mass, ǧǧiɣ-t yuli mačči d aɣelluy.

ASQUF afuyan. A yiwen wuqbiḥ !

Ad d-yeckem umxater[13] d amɣar acaraf maḍi, isenned ɣer yiwen urahib. S uqadder meqqren i ʼs-d-gan amḍiq.

AMXATER acaraf maḍi : Ihi ariḍa atenad daxel ? Tura dɣa ur zmiren ad aɣ-frun tiqeclal s tɣawla ? Yerna Clavius ur ixuṣ ara di tesnaggurt ! Sliɣ la qqaren mass-nni Galileo yekkes-d amdan bu sin iḍarren si tlemmast umeɣrad yebɣa ad t-yesers di kra n yiri akken. S wannect-a, atan yuɣal d acengu n nnaẓira n talsa ! Dɣa ad yeḍru yid-s wayen iḍerrun d icenga. D argaz i d asɣun[14] n tXelqit, ula d arrac ẓran aya, deg wayen i d-yexleq uGellid ameQqran d neţa i ifazen, d neţa i yeεzizen. Amek tura wagi ad yeddem leεǧeb am wa, ayen i d-ilulen s tnimar, yebɣa ad t-yesers ɣef umtiweg d amectuḥ yezgan d amerwal, kra din igemmeḍ fell-as ? Amek ara yeqbel Rebbi ad yazen mmi-s s amekkan am win ? Ur walaɣ ara amek ziɣ llan yimdanen yerwin di rray-nsen armi ţamnen wigi yuɣalen d aklan i ṭeblat n usmiḍen ! Di texliqt uxellaq anwa ara yawin i waya ?

ASQUF afuyan, s usbecbec. Amexluq-nni atan da.

AMXATER acaraf maḍi, i Galileo : Ihi, ziɣ d kečč aya ? Tura ma tebɣiḍ dayen yeǧǧa-iyi usekkud, ɣas akka ţwaliɣ aṭas, teţcabiḍ nezzeh ɣur wergaz-nni isem-is yakan ? winna akken neserɣ tallit-nni.

ARAHIB. A Tifuzya, ur ak-ilaq ad tzeɣleḍ. Aḍbib

AMXATER acaraf maḍi idegger-it, ad isami Galileo. Tura kečč tekkateḍ ad tekkseḍ sser ɣef Akal iɣef teddreḍ, kra din yefka-yak-id. Tekkateḍ ad teṛgweḍ azdel[15] yellan d ayla-k ! Ayen yebɣun yeḍru d ayen ur qebbleɣ ara. Idegger akken arahib, yebda yesikil, yeţawi yeţarra, azuxxu ! Yeţcuffu deg idmaren-is. Nekk ur d lxelq n menwala i lliɣ deg temtiwegt tudyiqt n menwala i itezzin i kra n tallit kan, ur teẓri anida ara terr. Aql-i la tedduɣ, asurif-inu iteddez aKal ussid, aKal imbeddi, talemmast umaɣrad[16], ma d nekk uɣeɣ talemmast-ines, tiṭ uXellaq aţan tezga fell-i, treṣṣa deg-i kan. Nnig-i, kra din yurez ɣer 8 tebrurag n wagers, sya d sya, zzin-iyi-d yitran imbedden d yiṭij imεeǧǧeb i d-yeţwuxellqen akken ad yeḍwu ayen akk i iyi-d-yezzin, nekk zgiɣ din, akken Ṛebbi ad d-yesikkid deg-i. Ihi, kra din ikad, kra din ihemmez[17], kra din ɣur-i i d-yeqqen, nekk argaz, agummu n tnimar n Sidi Ṛebbi, taxelqit-ines yeṭfen talemmast, d udem-iNes, ur nfennu, ur ... Dɣa yerrtem dinna.

ARAHIB. Tifuzya-k tεedda i tezmert-ines !

Imiren kan, ad teldi tewwurt n tsila, ad d-yekcem Clavius aggeεmir yezwar-d i imsagguren-ines. Tasusmi, taɣawla, yesuruf di tzeqqa, iẓri-ines ireṣsa zdat-s; mi iwet ad ireg, isuma arahib.

CLAVIUS. D ayen yellan !

Yeffeɣ, ḍefren-t imsagguren. Tawwurt n tsila teqqim akken teldi. Teɣli-d tsusmi am tin uẓekka. Amxater acaraf maḍi yerra-d s lexbar.

AMXATER acaraf maḍi. D acu yeḍran akka ? Dayen yegzem wawal ?

Susmen akk, ulac win i d-yemmamḍen s awal.

ARAHIB. Tifuzya, ilaq ad neddu yid-k.

Ullen amɣar-nni akken ad ireg. Ffɣen akk si tzeqqa, ggmegmen.

Yiwen urahib d ameẓyan yeţekkin di terbaεt ucahi n Clavius, ibedd tama n Galileo.

ARAHIB ameẓyan, s uzizweḥ : A mass Galileo, aBabat Clavius yenna-d tura ilaq ad walin imesnakucen amek ara srekben gar-asent tibrurag igenni ! D kečč i ilummẓen ! Yeffeɣ.

GALILEO iwet amek ara t-id-yeṭef. D neţat i yellumẓen. D tazɣent i yellumẓen, ur d nekk !

ARAHIB ameẓyan igemmeḍ.

Ula d Galileo ireg. Deg umnaṛ yemlal d yiwen upapas annect-ilat di lqedd, d amaxater uḥeṭen. Yedda-d yid-s umesnaggur. Yunez-asen Galileo. Send ad yeffeɣ, yesbecbec i lusi asteqsi.

LUSI, ula d neţa d asbecbec. Tifuzya amxater uḥeṭen.

Amsaggur yedda d umxater uḥeṭen alamma s timsik̇det.

 


 

ASAYES 7

 

Ma d aḤeṭen iger-d gar wallen-is tiẓri n Kupernik (5 meɣres 1616).

 

Galileo yekcem di tmeɣra n karnaval

Di teɣremt n umxater

Yečča, yeswa

Γer wacu i d-yeţwaεreḍ ?

 

Tanezduɣt umaxtar Bellarmini di Rom. Atan dinna igerrez wurar. Deg uḥanu[18], sin ʼimaruyen iklisyanen ţuraren tiddas n cetrenj, yerna ţarun tizmilin ɣef inebgawen. Galileo tqubel-it-id terbaεt tamectuḥt deg-s tilawin, deg-s ssiyyad s buεfif, wtent-as afus. Tedda-d yid-syelli-s akked Ludocici Marsili, axḍib n Virginia.

 

VIRGINIA. Ur ţ-cḍiḥeɣ akked wayeḍ, a Ludovico.

LUDOVICO. Tefsi-yam-d txellalt-nni n tayeţ-inem.

GALILEO.

 Aɣennas ɣef tεenqiqt-inem, yeǧǧa-ţ cwiṭ aThas

Eǧǧ-it kan akken. Arway yeṛban di telqay

Yesken-as-t i tmuɣli s tadfi,

Ula d wiyaḍ ddmen amur. Ddaw tafat i d-fkant tcemmaεin

Tazeqqa teččur d medden, zemren ad argun

Imeḍqan yezzren di tillas deg ugrur i yeţraǧun 

VIRGINIA. Ḥess kan i wul-iw.

GALILEO, yesers afus-is ɣef ul-is. La yekkat.

VIRGINIA.Bɣiɣ ad asen-d ikad zzin-iw.

GALILEO. Ilaq, mulac ad uɣalen daɣen ad ten-yekcem ucukket teţdewwiṛ.

LUDOVICO. Ur teţdewwiṛ ara maḍi. Galileo yeḍṣa-d. Rom akk fell-ak i ţmeslayen. Si tmeddit-a d afella, a mass, ad mmeslayen ɣef yelli-k.

GALILEO.Yesgel maḍi ad d-ikad kra d ahuskay di tefsut n Rom. Ula d nekk, aql-i amzun d Adonis, acu, zureɣ cwiṭ. I imaruyen-nni. Dagi ara qqimeɣ ad raǧuɣ Tifuzya-ines. I ibusinen-nni. Ruḥet ad tezhum ɣef iman-nwen.

Uqbel ad treg agemmaḍ ad tekcem lḃal, Virginia tbern-d s tazzla.

VIRGINIA. A Baba, aḥeffaf-nni n wezrug n Trionfo yezzwer-iyi, yeǧǧa 4 tsednan nniḍen ţraǧunt. Din din yeεqel isem-ik. Teffeɣ.

GALILEO, i imaruyen-nni yeţuraren tiddas n cetrenj.

Ar tura akka, sul-ikken teţurarem tiddas n ccah-mat akken am zik ? D uqmiḍ, d uqmiḍ. Yerna tura nezmer ad nesembiwel tifigurin-nni ɣef ufelwi teɣzi, tehri. Anfa, akka yesken-asen amexlul, akka, lalla, akka d wakka. Akka ad d-tesalim tajuma, yerna ad d-tġerrzem iɣawasen.

YIWEN SEG IMARUYEN. S tiɣrad neţaɣ, ulamek, d ayen teẓriḍ. Ur nezmir ad nesiwseε akka i d-teqqareḍ. Iḍegger tiyita wezzilen.

GALILEO. Aha, ay aεziz, aha. D win iwumi ɣezzif uḍar i d-ţṣaḥen imeddasen imeqqranen. Ddut kan akken yedda lawan, a ssyadi. Ur ţḍafaret ara kan rrif rrif ; yiwen wass ad tecenceṛrem deg aman.

AMXATER-nni acaraf maḍi, yellan deg usayes yezrin igzem-d tɣerɣert, yedda-d yid-s urahib-ines. Iwala Galileo, iεedda ɣer tama-s, iqelb-d, ikukra, syin isellem-fell-as. Di tzeqqa n lḃal, icawraren cennun tazwara n usefru ifazen n LORENZO n Medicis ɣef ayen yellan d lfani :

 

 I nekk yeẓran ddeqs n twerdtin fnant

Ticuḍatin-nsen dayen rfufent

Bruzzεent ɣef akal asemmaḍ, ẓriɣ

Afa[19] n temẓi ur yeţdum. 

GALILEO. Rom. Tameɣra taggeεmirt ?

AMARUY AMEZWARU. D ta i d tameɣra n buεfif tamezwarut seg ʼiseggasen n ţerka ɣer da. Iderma akk n Ṭelyan atenad da tameddit-a. Iorosiniyen, iVillainiyen, iNuccoliyen, iCanen, iLecchiyen, iStensiyen, iColombiyen.

AMARUY WIS SIN igzem-as awal. Tifuzyiwin-nsen, imaxtaren Bellarmin d Barberini.

Amxater Bellarmin d umxater Barberini ad d-kecmen. Ṭfen zdat wudmawen-nsen, ɣef ʼiεekkzen, iqricen, yiwen d win izimer wayaḍ d win n tmilla.

 

BARBERINI, iwehha aḍad-ines ɣer Galileo. Iṭij ad d-yekker, ad yeɣli, ad yuɣal alamma d anida i d-yeţenkar. Atan wacu i d-yenna Sidna Sliman. Acu ara d-yini Galileo ?

GALILEO. Asmi werεad wwiḍeɣ annect-a isken-d s ufus-is annect yella di txellat A Tifuɣri, lliɣ sufella ugerrabu, dinna suɣeɣ : atan rrif ireggwel. Assa n wussan, ẓriɣ rrif d usbiḍ, ur yeţembiwil, d aɣerrabu i yeţgemmiḍen.

BARBERINI. Yetwel, yetwel. Ayen akka neţwali, a Bellarmin, d igenni bu ʼitran i yeţdewwiṛen, ahat mačci dayen yellan d tideţ, aɣerrabu d rrif uzegza d inagan. Ma d ayen yellan d tideţ, meḥsub lqaεa yeţdewwiṛen, ur nezmir ara ad as-nfiq ! Yetwel. Ma d agguren-nni n Yebter d ayen ur zmiren ad qeblen

wasnagguren-nneɣ. Bnaqes, a Bellarmin, zik ɣriɣ kan di tasnaggurt. Ayen ɣriɣ akken ar tura yenteḍ deg-i amzun d ajeǧǧiḍ.

BELLARMI. Ilaq ad neddu d tallit ideg nella, a Barberini. Tura ma tigretyal-a ʼigenni, beddent ɣer turda tamaynut, ma ad siseglent asareb[20] i iwlalen[21]-nneɣ, yesefk ad smersen tigertyal-a. Ur nebrasem ara anager s tiẓriwin i d-yeqqaren atan Zzmam tella deg-s tuccḍa. Dagi isellem s wesɣal metwal tazeqqa n lḃal.

GALILEO. Zzmam, tira. Win iḥewṣen irden, ad t-yexzu weɣref. Seg ʼ̇inziyen n Sidna-Sliman.

BARBERINI. Azemni, bab n leεqel, yesedrag tamussni-ines. Seg ʼ̇inziyen n Sidna-Sliman.

GALILEO. Izgaren anida llan, addaynin ad yames. Acu, si tezmert n wezger, abaɣur i d-neţekkes meqqer.

BARBERINI. Win ileggmen leεqel-is yif win yeddehimen ɣer tuṭfa n temdint.

GALILEO. Ma d win yerrẓen di ddehn-is, ad iwali iɣsan-ines mi ţkawen. Akud. I tideţ ur teţiẓzif ara akken ad as-d-slen ?

BARBERINI. Yella win izemren ad yesers aḍar-is ɣef ʼirrij, yerna ur ireqq uḍar-is ? Ansuf yis-k ɣer temdint n Rom, ay ameddak̇el-nneɣ Galileo. Ur ẓriɣ ara ma tessneḍ taqṣiṭ-a ? Sin warrac d imeẓyanen, akken i d-teqqar temεayt, tefka-yasen ayefki tgaluzt[22] terna tesbur fell-asen leεnaya-s. Seg ʼimiren, arraw-nni n tgulazt ilaq ad xellṣen ayefki ara swen. Acu, tagulazt teţesmiri-d tadfi anida tella, ama d tin ʼigenni, ama d tin n lqaεa. Tadfi teṭef seg umeslay akked umeddak̇el-iw Bellarmin yeɣra nezzeh alamma d umeslay d 3 neɣ 4 tsednan sut tsellet[23] slant akk yis-s di tmura. Ma truḍaḍ, tura kan ad ak-tent-id-sekneɣ.

Yezuɣer Galileo akkin, akken ad as-yesken tazeqqa n lḃal. Galileo yeḍfer akken s uzubben[24].

BARBERINI. Aha ? Iġemmen askasi ad igerrez. D ayen yelhan. Ay ameddak̇el Galileo, ahat kunwi s wasnagguren-a, tlekknem, teţnadim kan ad tesisglem tasnaggurt-agi-nwen ? Yuɣal-d ɣur-s ɣer tama n zdat usayes. Aseɣzen-nwen d awalen n twinas, n teglaytin, n uɣiwel asurad, anida yella wembiwel-nwen d usgil akken yesgel wallaɣ-nwen. I dɣa ma yehwa-yas i Rebbi ad d-yexleq imtiwgen akka ? Yesxerbubec s uḍad-is zdat-s kra akken tzirezt[25] d tuxnizt mačči d kra. Dɣa amek ara teḍru d ukayat[26]-nwen, d useḥseb-nwen ?

GALILEO. A TiFuzya, limer Rebbi yefka-d ddunit akka Yules i tzirezt-nni i d-yesxerbubec Barberini dɣa ula d allaɣen-nneɣ ad ten-id-yefka akka Yules i tzirezt-nni i d-yesxerbubec dɣa allaɣen-nneɣ ad εeqlen tiziraz-nni imi d tidak i ʼsen-iseglen. Umneɣ s teɣzent.

BARBERINI. Taɣzent iman-is drus. Atan yesusem. D uḍrif nezzeh, ur d-yeqqar ara tagi-inu ur as-teččuṛ ara tiṭ. Yeḍṣa-ţ-id, syin yuɣal ɣer temtekkit.

BELLARMIN. Tazɣent ay ameddak̇el, ur tesawaḍ ara nezzeh. Twalaḍ d acu i ʼɣ-d-yezzin, anagar tiberxidas[27], tadugit[28], tawsu[29]. Anida tella tideţ dinna ?

GALILEO, yezɣel. Nekk umneɣ s teɣzent.

BARBERINI, i imaruyen. Fiḥel ma turam ayen akka i d-neqqar akka tura, d adiwenni usnan gar sin ʼimedduk̇al.

BELLARMIN. Xemmem kra amek i sen-teţqam ɣlayet i iBabaten n Taklisya d widak i d-yernan deffir-sen, deg aṭas yid-sen, amek ṛwan aneεţeb d usmeḍren[30], akken ad fken azal i ddunit akka tella yerna ur d timremmeɣt ? Xemmet i tifuḥlit n widak di tgemmiwin-nsen di Kampania yesexdamen s ujelkaḍ ifellaḥen yeεran, rnan d nniyya-nsen ʼimeɣban maskit sudunen-asen iḍarren.

GALILEO. D afḍaḥ ! Deg inig-a makken i d-usiɣ ɣur da, walaɣ

BELLARMIN. Tilufa akka ur nezmir ara ad nefhem ddeqs i yellan di ddunit nesḃabb-itent i iri n yiwen lxelq ulac nnig-s wayeḍ, neqqar d neţa kan i yeẓran iswi, yeẓra d acu ixeddem d tlufa-nni ara ffɣent . Γas akka, ur nennul ara talwit meqqren, tura kečč, tġemmneḍ-d lxelq ulac win yellan nnig-s, ur yeẓra nezzeh amek teddunt imtigwen, tifeḍ-t di tmussni. Dɣa d ayen yellan d ṣswab ?

GALILEO. Ad iwet am ara d-yefk asfali. Nekk d mmi-s n Taklisya, yerna d amekdi...

BARBERINI. Yesejεar. S nniyya-s, yebɣa ad ibeggen atan Rebbi yella yecceḍ s waṭas di tesnaggurt ! Ihi, Rebbi ur yuni ara akken ilaq tasnaggurt uqbel ad d-iheggi Tira-ines timɣeddest ? Ay ameddak̇el !

BELLARMIN. Ahat tzemreḍ ad tiniḍ kečč daɣen ahat aXellaq yif amexluq-ines akken yessen ayen i d-yexleq ?

GALILEO. Akken yebɣu yili, a ssyadi, amdan mačči yezmer kan ad yecceḍ seg wamek tezzin imtigwen, yezmer daɣen ur ifehhem ara ayen ara iɣer di Zzmam !

BELLARMIN. Ahat akken yebɣu yili, s wid yeɣran tasnakuct n Taklisya timɣeddest ara d-yinin d acu i d-yeqqar Zzmam, neɣ ḍelmeɣ ?

GALILEO yesusem.

BELLARMIN. Twalaḍ ! Aql-ak tura tesusmeḍ ! Yesɣel-asen i imaruyen. A mass Galileo, iḍ-a yezrin, Azeqqa-Imɣeddes iġemmen-d tiẓri n Kupernik i d-yeqqaren iṭij atan di tlemmast umaḍal yeznuneε din ma d lqaεa ur tella ara di tlemmast ʼumaḍal, teţembiwil, ihi tiẓri-a temxel, d tazulalt[31], d abdaε yeffɣen i webrid n liman. Aql-i uznen-iyi-d ad snuciɣ[32] deg-k ad teǧǧeḍ abrid-a. I Umaruy amezwaru. Ales-as-d kan !

AMARUY AMEZWARU. Tifuzya-s amaxter Bellarmin (t)yenna-yas i Galileo Galilei. Azeqqa-Imɣeddes iġemmen-d tiẓri n Kupernik i d-yeqqaren iṭij atan di tlemmast umaḍal yeznuneε din ma d lqaεa ur tella ara di tlemmast umaḍal, teţembiwil, ihi tiẓri-a temxel, d tazulalt, d abdaε yeffɣen i webrid n liman. Aql-i uznen-iyi-d ad snuciɣ deg-k ad teǧǧeḍ abrid-a.

 

GALILEO. Amek meḥsub, anida yeffeɣ wawal-a ?

Nsell i tseddart nniḍen usefru i d-cennun icawraren tuli-d si tzeqqa n lḃal.

Nniɣ, tasemzuyt[33] yelhan tezerzeḥ

Γas kkes-d tawerdeţ skud nella di maggu

Barberini iwehha-yas i Galileo ad yesusem skud ur tfukk taɣect. Ţḥessisen-as.

GALILEO. I wayen yeḍran ? Yak ɣileɣ isnagguren n COLLEGIUM ṚUMMANUM, asudu unadi n Vatikan ikez[34], yeqbel asikked sakkdeɣ d ayen yellan.

BELLARMIN. Yesken-d nezzeh abrasem-ines, yerna yesuget-ak iseɣ.

GALILEO. I igensa n Yebter, annuf[35] n Wanes, amek ?

BELLARMIN. Asmi akken yeqbel tuɣ Agraw-Imɣeddes werεad yuni nezzeh timsal.

GALILEO. Amek ihi, sya ɣer zdat anadi ussnan...

BELLARMIN. Ḍemneɣ-k aḍman yessden, a mass Galileo. Deg webrid i d-yenǧer wejmuḍ[36] n Taklisya i d-yeqqaren ɣas ad yili wayen ur nezmir ad nissin, acu, abrid unadi yeţuqbel. Isellem aɣen ɣef yiwen inebgi yellan di tzeqqa n lḃal. Ihi, tzemreḍ ad teɣzeḍ di tiẓri-ya akken tebɣiḍ, acu am akken d turdut tusnakt. Tussna, a mass Galileo, d yelli-s taεzizt taḥlalt n Taklisya. Ulac deg-neɣ win yumnen ad tesdermeḍ lman di Taklisya.

GALILEO, yezɣel. Ma nesuget-itent fell-as, laman iḥeffu.

BARBERINI. Eyyah ? Iwet-as di tayeţ, yeṭerḍeq d taḍsa. Syin yesakked deg-s nezzeh, yenna-yas, s kra ukamma[37]. Ur sedduy ara azegzaw d uquran, ay ameddak̇el-nneɣ Galileo. Nekkni aya d ayen ur nxeddem. Neḥwaǧ-ik ugar akken i ɣ-teḥwaǧeḍ.

BELLARMIN. Ḥareɣ ad qeddmeɣ ameqqran deg imsunak n Ṭelyan i aseqqam[38] uZeqqa-Imɣeddes, i k-igan ccan aṭas.

BARBERINI. Yeṭef Galileo deg iɣil nniḍen. Atan yuɣal daɣen amzun d izimer. Ula d kečč, ay ameddak̇el, yif limer i d-tusiḍ s icettiḍen uduktur n wejmuḍ yettekkan. D aqruc-a swayes ɣummeɣ udem-iw i yi-ǧǧan akka meslayeɣ-d kra. S icettiḍen-a n wassa tzemreḍ ad iyi-d-tesleḍ sbecbuceɣ : Ma Rebbi d ayen ur nella, ilaq ad t-id-nesnulfu. Eyyaw kan ad nerret iɣumuyen-nneɣ. Galileo umeɣbun-iw ulac s wacu ara iɣumm.

Yiwen sya, wayeḍ sya, ṭfen Galileo deg iɣil, zuɣren-t ɣer tzeqqan n lḃal.

AMARUY AMEZWARU. Turiḍ tanfalit-nni taneggarut ?

AMARUY WIS SIN. Tura kan ad ţ-fakkeɣ s tira. Ţarun, reṣsan iman-nsen di tira. I tinna anida i d-yenna yumen s teɣzent ?

Ad d-yekcem umaxter amḥeṭen.

AMḤEṬEN. Dayen tfukkem tadiwennit ?

AMARUY AMEZWARU, s wawal mekanik. Di tazwara, yewweḍ-d mass Galileo akked yelli-s, tinufkin-is neţat assa i... Amḥeṭen isɣel akken ad yezgel aya. Syin mass Galileo yeselmed-aɣ talɣa tamaynut n wurar n centrej, tura ilugan nneqlaben, nezmer ad nawi tifigurin akken nebɣa di tɣerɣert.

AMḤEṬEN igzem-as awal. Awit-d kan azmaẓ s yimi[39].

Yiwen umaruy imudd tasebtart-nni wezmaẓ s yimi, amxater yeqqim akken ad t-iɣer. Snat tsednan meẓziyit di leεmer, udem iɣumm s weqric, rẓant tagecrirt, d asellem ɣef umxater.

YIWET DEG-SENT. Anwa wa ?

TAYEḌ. D amxater amḥeṭen.

Sqwerqwrent[40]-d kra n teḍsa, syin ffɣent. Ad d-tekcem Virginia, tesakked akka d wakka, yella kra teţnadi.

AMḤEṬEN, di teɣmert. Dacu akka, a yelli ?

VIRGINIA, teḋuqqes, imi ur t-twala ara. Ah, d TiFuzya !

Akken ur d-yesuli allen-is amxater imudd-as afus-is ayeffus. Tuẓa-d ɣur-s, tesgecrer, tesuden tazzagt-nni.

AMXATER. Iḍ-a ifaz ! Ad am-iniɣ mebruk ɣef wexḍab-inem. Tafamilt n wexḍib-inem d tafamilt lεali. Ihi, ad teqqimeḍ da ɣur-neɣ di Rom ?

VIRGINIA. Mačči tura, a TiFuzya. Ad yegget ccɣel, d aheggi n tmeɣra.

 

AMXATER. Ihi, ad tuɣaleḍ alamma d Firenze, ad tedduḍ d baba-m. Brasmeɣ nezzeh. Ih, ad iniɣ baba-m yeḥwaǧ-ikem aṭas. Tusnakt-a d tasemmunt semmḍen, neɣ delmeɣ ? Amdan, s teksumt-is d yidim-is ma yella di lemsaq-nni, aṭas ara yesenfel : amaɣrad n ʼimtigwen, yewseε mačči d yiwen i iɣuṛ, tugeţ ma d argaz yufraren.

VIRGINIA, tewwi lwehma. Ul-ik deg ufus-ik, a Tifuzya. Acu, aṭas n tɣawsiwin ur tent-gziɣ ara.

AMXATER. Yak akka ? Yeḍsa-ţ-id. Deg wexxam n bu iselman, iεeggalen ur teţen ara iselman, yak akka ? A yell-i, ad yewhem baba-m asmi ara isell ɣur-i i tlemdeḍ ayen akka tessneḍ ɣef umaɣrad n imtigwen. Yeţwerriq azmaẓ s yimi. Qqareɣ di tsebtart-a imesnulfuyen, aqerru-nsen yeţwassnen deg umaḍal d mass baba-m, d argaz aggeεmir, yiwen seg ʼiggeεmiren nezzeh, keyden-d tamuɣli yellan akka tura ɣef lqaεa-nneɣ εzizen, am akken tefuhri[41] kra. Acu, si tallit n Ptolemus, amussnaw yeddren di teglest, ar assa, nmeggez awsaε n wayen akk i d-yeţwaxelqen, meḥsub tabruragt n wagers, di tlemmast-ines tεenneǧ lqaεa, nmeggez-as ad taweḍ 20.000 n wekdu[42] n lqaεa. Aṭas ! acu, meẓzi, meẓzi nezzeh i tmuɣli n ʼimsenulfuyen-a. Γef akka nsell, awsaε yewseε d leεǧeb, amecwaṛ-nni si lqaεa alamma d iṭij, i ʼɣ-d-yeţkaden meqqer, ɣef akken nɣil, ziɣ ulac deg-s maḍi, anida ara d-ikad zdat umecwaṛ yellan gar lqaεa-nneɣ tameɣbunt d yitran ireṣsan di tebruragt tuffiɣt madi, ur neḥwaǧ ara yakk ad t-id-neseddu deg useḥseb. Yerna, ilaq ad d-nernu, imesnulfuyen-a zgan ţserriḥen i ufus di tmeddurt-nsen.

VIRGINIA teḍsa-ţ-id. Amxater yeḍsa-d yid-s.

AMXATER. Ad am d-rnuɣ, kra n ssiyad uZeqqa-imɣeddes, ma tebɣiḍ, ţwaqehhren s tmuɣli-ya i ʼɣ-d-ţheggin wigi, zdat-s tamuɣli-nni yellan akka ar tura, d taqmamaṭ kan, nezmer ad nezzi i tεenqiqt timsserit, akken tella tεenqiqt n kra n telmeẓyin. Uġadeɣ deg ʼimecwaṛen iggeεmiren i d-snulfan, amuṭran[43], neɣ ula d amxater ad asen-yeεreq webrid s sshala. Ula d lpap, Bab-Igenwan ahat ad iɣab ɣef ʼallen-is. Ihi, a dayen yeseḍsayen, acu, a yelli, brasmeɣ nezzeh imi sul-ikem telliḍ ɣer tama n baba-m, argaz aggeεmir iwumi nga azal meqqren. Wissen ahat ssneɣ amesqirri-inem...

VIRGINIA. D ababat Kristoforus n Lalla-Ursul.

AMXATER. Ih, brasmeɣ nezzeh imi ad tedduḍ d baba-m. Ad kem-yeḥwiǧ, ahat werεad tumineḍ s wannect-a, acu, ad kem-yeḥwiǧ. Sul-ikem meẓziyeḍ nezzeh, teddiḍ d tilawt, anagar taksumt d yidim, ma d temɣer ur tesgil i waqu yuqan.ɣef tuyat n wid iwumi i ţ-yefka Rebbi, aha, mačči ur tesgil i lebda. Akken yebɣu yimɣur wemdan ulac win iwumi ur tlaq lfaţiḥa. Uġaɣ, a yelli, ddeqs i-kem-i-d-ṭfeɣ da, axḍib-inem ahat ad yasem, ahat daɣen akken ula d baba-m, annect-a yakk ɣef wayen i ʼm-d-wwiɣ ɣef ʼimtigwen yerna aha tura kra din d ayen ifuten. Azzel ad tceḍḥeḍ ɣef ʼiman-im, ur teţu ara, sellam ɣef ubabat Kristoforus.

Virginia, mi tsellem fell-as s truẓi n tgecrirt, teffeɣ s tɣawla.

 

 

 

 

 

 

Retour en haut

Numro 122 Novembre 2022

Chronique-Tamkudt :

 

Amedwel ( ameṛḍil , amyirel ) , tiwizi , tacemlit , dacu n umgired ?

sɣur Lmulud Sellam

 

 

Yal awal ɣur-es azal-is deg unnar , anda ttwaxdamen lecɣal , ɣas ulamma yal yiwen s unamek-is , maca iswi yiwen , d tadukli gar yimdanen , d aɛiwen neɣ d amɛiwen deg uxeddim , tettifsus taɛkemt ẓẓayen ɣef kra ma zzin-as waas , d asnerni di lebni i d-yettawin lfayda i yiwen umdan kan neɣ i waas nnien .

Tikwal nadi af yiman-ik , d awezɣi ad d-tafe agdazal ( quivalent ) n wawal n teqbaylit deg tutlayin nnien (deg taɛṛabt neɣ di tumit). Aas n tɣawsiwin i yemgaraden ilmend n umgired n wansayen gar tmetti d taye . Tikwal ula d iqbayliyen yettidiren di temdinin yettuu-yasen unamek n wawal , ladɣa awalen yesseqdac umesdrar di lirfat swayes yettidir , neɣ awalen d-icudden ar wansayen d uxeddim yesdukulen at taddart neɣ lɛec .

Maca tikwal ula d anamek n wawal , yettas-ed yexeb si temnat ar taye . Atan s tewzel kan , wamek ssneɣ inumak n wawalen-agi , amek i ten-ddreɣ deg taddart ideg luleɣ ladɣa deg yiseggasen 1970:

 

1 / Amedwel (ameril ) : di temnat-nneɣ neqqar " ameṛḍil " , yettili-d gar yimdanen ( gar sin neɣ ugar ), ladɣa asmi neqqcen tiɣewdiwin-nsen , kerrzen , meggren , ttemsefhamen deg sin neɣ ugar , iwakken ad myiralen ussan n uxeddim , ass-a ad xeddmen ɣer wa , azekka-nni ɣer waye . Melmi kan asmi nesserwat deg unnar s yizgaren , ad nettezzi ad neqqar : " lɛebb , lɛebb , annar yečču d leb " ! Dɣa mi yeɛya win yellan ar tama n beṛṛa , neqqar i wlemmas : " dewwel " yeɛya gma-k ! Mesub ad yuɣal wezger-nni idewwien daxel , ula d netta ar beṛṛa , tezzi-d nnuba-s .

" Adewwel " yusa-d deg umyag " dewwel " ( d nnuba-k ) . "Amedwel " d asishel n ccɣel , anda d-yettili umbeddel n taktiwin , yerna tettili lemɛanda gar wid-nni ixeddmen .

"Amedwel d awal i " nezmer ad t-nesseqdec ula di tsertit " amedwel ar ukersi ( neɣ ar udabu = alternance au pouvoir ) , neɣ ulamma ar leqdic yerzan aggagen ( wid yeɣran ) .

 

2 / Tiwizi : d aɛiwen deg yixeddim melmi yiwen ur yezmir ara i ccɣel-nni iman-is, ladɣa ccɣel meqqren , neɣ d aɛiwen n win d tin iɛaben , neɣ yuen . Tettili " twizi " deg tudrin n leqbayel , di lqwe uzemmur , di nnqec , di tyerza d umeggel neɣ di tmegra yakk d userwet n temin d yirden , di teccact n tuga , di lebni n yixxamen , laḍɣa di lsisan (zik s wakal d udɣaɣ tura d " abiun d wuzzal ") , neɣ deg ueggen ("aseqqef " s yijga d uɣanim d wakal , tura s tmacinin " abiun d wuzzal ").

Ttawin medden tiwizi , melmi yuɛe ccɣel , mačči d ayen ara yexdem yiwen iman-is netta d iɛeggalen n twacult-is , yugar-it uzemmur yesɛa , neɣ ma yella ɣur-s igran meqqren di lawan n tmegra neɣ n userwet . Uqbel tiwizi s kra n wussan , bab n win yesɛan akken axeddim di tferka-s , neɣ win akken ibennun deg uxxam-is , yessefk fell-as ad d-inadi wid izemren ad t-ɛiwnen . Ad asen-yeɛlem ɣef zik , iwakken ad iqeyyem dacu i s-ilaqen d isufar n tgella , ara d-iheggi i wassen . Acku deg wass-nni n twizi , bab n wayla yettqabal " iwaziwen-is " s tagella bninen iden . Tiwizi zik d lwajeb d iseɣ , imdanen ttemɛanaden ar tid yerzan aɛiwen . Ar tura mazal tiwizi deg tudrin-nneɣ , ɣas ulamma mačči am zik . Tettili twizi gar yirgazen , am wakken tettili gar tilawin .

 

3 / Tacemlit :

Tacemlit ar at-zik d ccɣel yesduklen imezdaɣ n taddart , tikwal ula d wid n lɛerc . Af wakken d-cfiɣ , qrib yettili-d yal ddurt unejmuɛ deg taddart-nneɣ taqdimt , asmi mazal nniyya . Ulac win izegglen agraw n taddart , d ilemi neɣ d amɣar ( di 18 iseggasen armi d 70 iseggasen neɣ ugar ) . Win ur nedi i lesab musayal di lexiya . Deg wayla n lmecmel ( ayla n tejmaɛt neɣ n taddart ) i d-yettili uxeddim n tcemlit .

Llant tcemliyin i d-yettilin d tiulifin, ur sɛint ara lweqt , ɣellint-ed mebla ma nebna fell-asent . Tigi ɛnant tiwuɣa i d-ierrun deg teswiɛt , am tmes melmi tekker , ama deg yixxamen ama di lexlawi , neɣ d isyaxen i d-ierrun melmi qwan yigefrawen .

Llant tcemliyin timezgiyin , tid yeɛnan aeggem iberdan d tliwa . Tacemlit tettili-d ula deg wayen yesduklen taddart di lfeṛḥ , ama d ttebyita ,

ama d timecet, neɣ di lqer, d tineṭṭlin yakk twuɣa-nnien.

Tacemlit d tamsalt yerzan at taddart meṛṛa , anagar ma d ameɛdur ur yezmir ara i lxedma . Win i wlac assen , yettwalas , ad ixelle s tedrimt ayen i d-yettwabedren deg yiuaf n Taddart . Ulac ssme deg tigi.

Tacemlit d awal aqbur , i nesseqdac ar tura ula deg wayen yerzan timsal-agi tatrarin . Tettili-d tcemlit deg wayen yerzan ccna , tasekla , neɣ addal , mesub ayen ara texdem tabaɛt i lfayda n medden meṛṛa .

 

Lmulud Sellam ( Lmu Lud )

 

 

 

 

 

Retour en haut

Numro 122 Novembre 2022

Larticle :

 

Le monde berbre vu par les crivains arabes du Moyen-Age

 

 

Par Tadeusz LEWICKI

In Actes du Colloque sur les cultures dorigine arabo-berbres

SNED, 1973

Pages 31 40

 

 

 

The Berber world as seen by Arab writers of the Middle Ages-The only(or almost only) written sources which are at our disposal to reconstruct the history of the Berbers in the Middle Ages are the works treating of the history and geography of North Africa,as well as the collections of biographies of North Africans,composed by Arab authors who had in general a first-hand knowledge of the Berbers. Works of this type,the oldest of which date from the 9th century onwards,are very numerous. Among the most important of these writings,mention must be made of the historical works of Ibn Idari and Ibn Haldun, as well as the geographical treatises of Ya'qubi, Ibn Hawqal,Bekri and Idrisi. There were also chronicles by Ibadite writers and other miscellaneous material, some of it modern, dealing with such topics as genealogies, distribution of tribes. Information is equally found on the political,economic and religious aspects of life.

 

The speaker concentrated on only two aspects: food and language. The former dealt with the food eaten by nomadic and sedentary peoples,prohibited food(poultry, eggs,fish) and certain particular practices,e.g.eating dog's flesh. The latter dealt with data on phonetics and grammar,lexical material about the various Berber languages,adaptations of the Arabic alphabet, onomastics,toponymy,etc.

 

Le sujet de ma communication est le monde berbre vu par les crivains arabes du Moyen- Age. Il m'a t suggr par les organisateurs du Congres au lieu d'une communication d'une tendue beaucoup plus limite que je me proposais de faire l'origine et qui aurait trait seulement des sources arabes de la secte ibadite pour l'histoire des Berbres.

 

Je dois donc me pencher ici sur la valeur que prsentent les sources arabes mdivales (nous verrons plus loin que je comprends sous ce terme les ouvrages provenant du IXme au XVIme sicle) relatives tous les aspects du pass mdival des Berbres, en commenant par l'histoire politique des tribus et des tats berbres et en finissant par la langue berbre dans la phase moyengeuse de son dveloppement. Du fait que les renseignements des sources arabes sur les diffrents aspects du pass berbre sont extrmement riches, il ne me sera pas possible de donner ici, dans le peu de temps qui m'a t accord, une tude et une discussion approfondie de ces informations. Je ne peux, en effet, qu'effleurer ici ce problme, en me bornant seulement une prsentation des sources arabes les plus importantes sur les Berbres mdivaux et une rapide revue des groupes de renseignements contenus dans ces sources concernant les diffrentes activits de ce peuple.

 

 

 

 

31


 

Les sources arabes dont nous parlons proviennent d'une poque qui commence au IXme el finit au XVIme sicle, mais leurs donnes concernent aussi les temps plus anciens, notamment partir de la conqute arabe de l'Afrique du Nord au VIlme sicle. Ce dernier fait constitue une borne dans l'histoire des Berbres. Nous croyons qu'une autre tape dans l'histoire de ce peuple et de toute l'Afrique du Nord est due a l'apparition des Turcs ottomans dans la Berbrie orientale et centrale vers le milieu du XVIme sicle, et que la priode comprise entre le VIlme et le XVIme sicle correspond vaguement notre Moyen-Age. C'est la raison pour laquelle en parlant de cette poque nous avons adopt le terme "mdival". Je tiens souligner cependant que ces bornes ont un caractre conventionnel, l'arrive des Turcs ottomans n'tant pas le seul vnement au XVme / XVIme sicle qui pouvait marquer le commencement d'une nouvelle re dans l'histoire de l'Afrique du Nord.

 

II convient aussi de noter que, pour l'poque dont nous parlons, les sources crites arabes sont presque les seules qui nous fournissent des renseignements sur les Berbres. Certes, nous possdons galement quelques sources compiles en langues europennes, mais le plus important de ces documents, savoir la Description de l'Afrique de Jean-Lon l'Africain,' uvre provenant de la premire moiti du XVIme sicle, quoique compile en italien par son auteur, un Arabe provenant de Fs et converti au christianisme Rome, est base sur les notes prises par Jean-Lon en arabe: ainsi cette uvre peut tre considre comme appartenant, du moins partiellement, la littrature arabe. Nous la laissons d'ailleurs de ct dans la prsente communication.

 

Les ouvrages arabes les plus anciens qui nous sont parvenus et contiennent des renseignements sur les Berbres, proviennent du IXme sicle de notre re. Ce sont deux traits gographiques, savoir le Kitab al-masalik wa 'l-mamalik ("Livre des routes et royaumes ) d'Ibn Hurradādbin et le Kitab al-Buldan ("Livre des pays") d'al-Ya'qūbi,' ainsi qu'un ouvrage historique intitul Kitāb Futūh Misr ("Livre de la conqute de l'gypte), dont l'auteur est Ibn 'Abd al-Hakam. Nous trouvons dans ces ouvrages la premire mention des noms des tribus berbres ainsi que diffrents faits gographiques et historiques relatifs au monde berbre. Ces renseignements, dont la valeur est ds le dbut assez considrable, deviennent de plus en plus nombreux et importants dans les sicles suivants. Parmi les ouvrages arabes mdivaux qui ont contribu d'une faon toute particulire notre connaissance du monde berbre, il faut citer surtout les traits gographiques de Ibn Hawqal (Xme sicle), d'al-Bakri(XIme sicle),"d'al- Idrisi' etd'az-Zuhri(XIlme sicle),' de Yāqūt,' d'Ibn Sa'id al-Ġarnāti' et d'al-Qazwini (XIIIme sicle)' et enfin les relations de voyages d'at-Tiğāni'" et d'Ibn Bațțūța'3 (XIVme sicle)ainsi que les traits historiques d'Ibn 'Iri (XIIIme sicle),'' d'Ibn Abi Zar*15 et d'Ibn Haldun' (XIVme sicle). C'est surtout l'Histoire des Berbres de ce dernier auteur qui nous fournit des renseignements d'une importance capitale sur les Berbres et leur histoire mdivale. Mais ct de ces grandes sources gographiques et historiques, nous avons aussi notre disposition des ouvrages monographiques, comme par ex. la Chronique des imams rostmides de Tahert d'Ibn Sagirl provenant du dbut du Xme sicle et les recueils de biographies de personnages remarquables nord-africains. Ces ouvrages nous fournissent aussi de nombreuses donnes, quelquefois infiniment prcieuses, sur les Berbres, leur histoire politique, leur langue et leur vie conomique et sociale. De ces recueils de biographies je cite ici, tire d'exemple, les Vies

des saints du Sud marocain d'at-Tadili, un ouvrage


Le monde berbre vu par les crivains arabes du Moyen-Age

 

compile au XIlleme sicle. Ajoutons quoutre les ouvrages arabes provenant des milieux orthodoxes, sunnites, auxquels appartient la majorit de nos sources sur les Berbres mdivaux, nous avons aussi notre disposition des crits compils dans des milieux musulmans htrodoxes, dont il faut mentionner surtout les livres sacrs de la secte ibadite. Je pense ici, avant tout, aux chroniques de cette secte, comme par ex. la chronique d'Abu Zakariya' compile Wargla vers le commencement du XIIme sicle," et aux recueils de biographies des remarquables personnages ibadites nord-africains compils par al- Wisyani et un auteur anonyme contemporain au XIleme sicle, par ad-Darğini (au XIIIme sicle22) et par as-Sammahi (dbut du XVIme sicle). Tous ces ouvrages ont t compils dans le Sud tunisien, sauf celui d'as-Sammahi compil dans le Gabal Nafusa en Tripolitaine. Cependant nous possdons aussi d'autres crits mdivaux ibadites contenant des renseignements sur les Berbres moyengeux, comme par ex. une liste des personnages ibadites d'origine berbre, classs selon les tribus, document rdig, selon toute vraisemblance, vers le commencement du XIlme sicle' et une liste des sanctuaires du Gabal Nafusa compile probablement au XVme sicle.

 

Je ne cite ici que les sources les plus importantes, en laissant de ct celles, dont la valeur pour l'histoire du monde berbre est moindre ou bien dont l'originalit par rapport aux autres crits est douteuse. Il convient de mentionner d'ailleurs qu'une partie assez considrable de ces sources n'est pas encore dite. Ainsi nous ne possdons aucune

dition critique des recueils de "siyar(biographies) ibadites du XIIme et du XIIIme

sicles ,et en ce qui concerne les ouvrages arabes sunnites, dition de ces parties du dictionnaire gographique d'al-Himyari du XVme sicle, qui traitent de la gographie de l'Afrique du Nord.

 

Les renseignements contenus dans les ouvrages arabes mdivaux sur les Berbres sont fort nombreux, mais d'une valeur trs ingale, variable selon celle de la source o ils furent puiss. Ainsi on y trouve, ct d'observations directes, des renseignements fournis par des informateurs pas toujours dignes de foi et outre des pices tires des archives des diffrents souverains musulmans d'une grande valeur historique (je pense ici par ex. la relation de Zemmūr, ambassadeur du prince berbre de Bergawata auprs du caliphe omayyade al-Hakam, dont nous connaissons le texte grce al-Bakri2) nous trouvons des rcits nafs des gnalogistes berbres. Pour la plupart, ces donnes sont des recueils de notes prises par les auteurs au cours de leurs lectures et accumules les unes la suite des autres. Ces notes proviennent souvent de diffrentes poques et il peut arriver qu'elles se contredisent ou, plus souvent ne concordent pas. Leur valeur documentaire dpend de la source o elles furent prises. Cette source, nous pouvons la retrouver dans bien des cas ; dans d'autres elle reste imperceptible. Quelquefois on trouve, chez les auteurs arabes traitant des Berbres, des pages, ou mme des chapitres entiers transcrits d'un ouvrage plus ancien. C'est d'ailleurs grce ce fait que nous connaissons des fragments des ouvrages d'une grande importance pour nos tudes sur les Berbres mdivaux, mais dont la version complte ne nous est pas parvenue. Ainsi par ex. al-Bakri qui crivait dans la deuxime moiti du XIme sicle, a emprunt, dans son trait gographique, des chapitres entiers concernant l'Afrique du Nord et les Berbres aux ouvrages d'Ibn al-Warraq, gographe et historien du Xme sicle, lesquels ouvrages sont aujourd'hui disparus.28

 

Les renseignements fournis par les ouvrages arabes constituent surtout une source d'information riche et importante pour une tude de l'histoire politique des

34

 

 

Berbres. Il est ainsi naturel que ce soit surtout ce domaine du pass mdival des Berbres qui ait attire lattention des savants modernes. Je vais citer ici, titre d'exemple, les travaux mritoires et toujours utiles de Fournel, Les Berbres (1875_ 1881),les pages suggestives et attrayantes de Gautier, dans son ouvrage Les sicles obscurs du Maghreb (1927),ou celles de Julien dans son Histoire de l' Afrique du Nord (1931). Mais en gnral on s'intressait trs peu aux renseignements concernant les autres facettes du pass mdival des Berbres, outre peut-tre la rpartition des anciennes tribus berbres. Et pourtant les sources arabes nous fournissent aussi des informations plus ou moins riches et dtailles sur le genre de vie des groupes berbres au Moyen-Age. On y trouve de nombreux dtails sur les aspects conomiques de leur vie, c'est--dire sur l'agriculture, l'arboriculture, l'levage, la chasse et la cueillette, sur leur activit artisanale, et sur leur commerce. Une importante partie de ces renseignements concerne aussi l'alimentation, l'habitat, les vtements et les parures, ainsi que les armes chez les Berbres moyengeux. De mme, nous trouvons dans les sources arabes des donnes intressantes sur les coutumes concernant divers aspects de la vie sociale des vieux Berbres comme la structure de la vie familiale, le rle de la femme, les coutumes pnales, la vie religieuse y inclus diffrentes survivances prislamiques, la vie politique comme par ex. le rle de la djemaa, ou assemble berbre et sur la littrature orale et crite de groupes berbres. Ajoutons encore que les sources arabes nous fournissent aussi de riches matriaux linguistiques provenant de diffrents dialectes berbres.

 

Le manque de temps ne me permet pas de m'occuper de tous ces groupes de renseignements fournis par les sources arabes mdivales. Mais je crois qu'il serait peut- tre intressant mon savant auditoire de prendre connaissance de ce que ces sources nous enseignent sur quelques domaines au moins de la vie des Berbres au Moyen-Age. J ai choisi , titre d'exemple, deux faisceaux de renseignements, dont le premier concerne l'alimentation et le second la langue berbre.

 

Avant d'aborder la discussion de ces renseignements, je voudrais encore vous rappeler que j'ai dj attir l'attention, il y a quelques annes, sur un autre groupe d'informations de sources arabes relatives aux Berbres du Moyen-Age. Je veux parler ici de mes deux tudes publies en franais dans les Folia Orientalia qui concernent les renseignements fournis par des auteurs arabes mdivaux et traitent de certaines croyances religieuses des Berbres du Moyen-Age. Dans une de ces tudes j'ai soumis la discussion les donnes de sources arabes concernant la foi aux prophtes et aux divinations chez les Berbres moyengeux de l're musulmane ; quant la deuxime tude, elle analysait des informations de ces sources concernant les survivances, chez les Berbres du Moyen-Age, de cultes anciens et de croyances paennes. Ces informations concernent surtout cinq faits, savoir, la question des derniers paens berbres (VIIIme-XIme sicles : les problmes de culte de rochers, de pierres et de leau ; la foi en des gnies tutlaires et en d'autres tres mythiques dmoniaques ; le culte d'empreintes de pieds et de traces de sang et enfinles prohibitions et recommandations magiques. A ct des uvres d'al-Bakrietd'Ibn Haldun, ce sont surtout les crits de la secte ibādite, comme par ex. a-ammāhi, et la liste anonyme des sanctuaires du Gabal Nafusa qui nous ont apport de prcieux dtails sur ces croyances et rites magico-religieux des Berbres mdivaux de l're musulmane.

 

Je tiens vous rappeler, en mme temps, qu'on s'est occup aussi des informations de sources arabes mdivales sur lancienne littrature berbre. Ce problme


Le monde berbre vu par les crivains arabes du Moyen-Age 35

 

a surtout t tudi par Henri Basset dans son important Essai sur la littrature des Berbres : II ne faut pas oublier que feu Ren Basset s'est occup, entre autres, des rcits de gnalogistes berbres du Moyen-Age." A ces tudes il faudrait ajouter aussi quelques nouveaux faits tirs de sources ibadites, dont je parle dans deux articles publis, dans la Revue des Etudes Islamiques en 1935 et 1936.

 

S'il s'agit de l'alimentation des Berbres mdivaux, les sources arabes nous en parlent amplement, en marquant les diffrences notables entre l'alimentation des sdentaires qui vivaient surtout des produits de leurs champs et jardins et celle des nomades qui vivaient des produits de l'levage (lait, viande),de la cueillette et de la chasse, tant entirement sous la dpendance des sdentaires pour les crales et les fruits. Nous possdons aussi plusieurs renseignements sur les plats consomms par les Berbres. Ainsi, par ex., nous savons qu'au VIIIme sicle le repas frugal de Timam rostmide de Tahert se composait de galettes rchauffes, mises en miettes et arroses de beurre fondu. D'autre part, en Tripolitaine le plat de base se composait souvent, la mme poque, de farine d'orge qu'on accommodait d'huile d'olive. Cependant les gens plus aiss mangeaient aussi beaucoup de viande de chvre, de mouton et de buf. On disait propos d'un ibadite qui habitait, au IXme sicle, dans le Sud tunisien et qui tait la fois jurisconsulte et architecte qu'il "mrite bien de la galette et de la viande". A ct du beurre fondu et de l'huile d'olive on consommait, chez les Berbres du Maroc, de l'huile de l'arganier. On mangeait aussi le couscous. Un plat de couscous surmont de viande de mouton et accompagn d'une jarre de lait aigre constituait dj un repas trs recherch. On consommait aussi une sorte de saucisse qui contenait des fragments d'intestins de mouton. Chez les sdentaires, on mangeait aussi beaucoup de lgumes (pois, fves, concombres) et de fruits (raisins, figues, grenades, noix, et dattes: ces dernires appartenaient d'ailleurs aussi au rgime des nomades). On consommait aussi le sucre et le miel. Comme provision de voyage, la fois dlicate et nourrissante, on utilisait l'ăsallū: c'tait du bl grill et broy, mlang avec du beurre et du miel, ptri et cuit. Il est intressant de voir que les ufs, prohibs quelquefois par les vieilles croyances berbres, comme d'ailleurs les poules, taient consomms, cuits dans l'eau, chez d'autres groupes berbres." On sait aussi que dans certaines rgions de la Berbrie (Siğilmāsa, Bilād al-Garid) on pratiquait la cynophagie.

 

La cynophagie avait sans doute un caractre magico-religieux et appartenait aux vestiges de. Vieilles croyances populaires berbres qui ont survcu la conversion officielle des Berbres l'Islam vers le commencement du VIIIme sicle de notre re. Quoique nous ne puissions-nous occuper ici, vu le manque de temps, sera peut-tre non sans intrt de dire un mot sur les vieux usages berbres de ce domaine de la vie des Berbres mdivaux, il concernant les prohibitions et recommandations magiques de consommer tel ou tel aliment. Ainsi ,par ex. ,nous savons, grce al-Bakri et aux autres auteurs arabes du Moyen-Age que les adeptes de Șalih ibn Tarif, prophte antimusulman de la tribu de Bergwata qui vcut au VIIIme sicle de notre re, de meme que ceux de Ha-Mim, un autre prophte berbre actif auprs de la tribu Gomara (dans le Rif actuel) qui vcut au Xme sicle, s'abstenaient de tout uf de quelque oiseau que ce fut. Chez certaines tribus berbres, les choses sont demeures inchanges jusqu' nos jours. C'est ainsi que, par ex. ,les Touareg ne mangent pas d'oeufs, en principe, et la tribu berbre de enuwa proximit de l'antique Tipasa, en Algrie, ne touche pas un uf de poule, si l'on peut en croire l'observation de Ren Basset.


36

 

 

Les disciples de la doctrine de Salih ibn Tarif ne mangeaient pas de poule.

 

Un autre interdit concernait encore les poissons, Sauf ceux qui avaient t tus rituellement, les poissons taient nourriture dfendue galement par les religions de Șālih ibn Tarif et Hā-Mim.

 

Ajoutons encore que Salih ibn Tarif avait dfendu de manger la tte d'animaux. Cette prohibition qui parait tre la survivance d'une interdiction magico- religieuse trs ancienne, n'est d'ailleurs point le monopole des Berbres prislamiques. Elle fait songer en effet, des dfenses magiques ayant cours chez certains peuples autochtones du Caucase, chez les Slaves orientaux etc., pour la fte de la Dcollation de Saint Jean(20 aot).En effet, les peuples mentionns ne pouvaient, il n'y a pas longtemps encore, ni couper, ni arracher, ni

manger "rien de rond", pas plus que ce qui "possde une tte, tte de chou, citrouille,etc.t5

 

Fait curieux, l'usage de la viande de porc, objet de prohibition non seulement dans le judasme et dans l'islam, mais aussi chez les anciens Egyptiens et les Lybiens orientaux, tait tolr auprs des Berbres de l'poque du Moyen-Age. Le prophte gomara du Rif, Hā-Mīm, en permettait l'emploi, si nous pouvons en croire al-Bakri. Aujourd'hui encore, les bergers nord-marocains de la tribu de Sumata-on sait que cette tribu habitait au Xme sicle dans le Sud de la Berbrie orientale-consomment la chair de sanglier, comme cela se faisait, encore vers la fin du XIXme sicle, chez les Kroumirs berbres, dont les femmes et les enfants pouvaient en manger sous le regard approbateur des hommes.6

 

En fait de prescription d'ordre magique, l'on pourrait citer-nous parlons toujours des Berbres mdivaux de l're musulmane-celle de consommer certaines espces d'animaux auxquels les autres musulmans ne touchaient pas. Telle tait la cynophagie ou absorption de viande de chien rpandue depuis longtemps parmi les peuples berbres des confins Sud de la Berbrie et de certaines oasis sahariennes. Al-Muqaddasi, al-Bakri, al-Idrisi, Abū Hamid al-Andalusi et d'autres encore nous ont transmis, dans leurs ouvrages, des informations la fois curieuses et importantes. Marius Canard et P.Chalumeau ont constat l'existence de cette coutume dans certaines oasis sahariennes encore de nos jours. Chose curieuse, cet usage existait aussi, au XIXme sicle, si l'on peut en croire le grand voyageur franais Ren Caille, chez certains peuples noirs du Soudan occidental, o il se peut que nous ayons affaire des influences berbres. L, de mme qu'en Berbrie, la consommation de viande de chien s'accompagnait de sortes de festivits passant l'orgie alcoolique.17

 

Pour revenir sur les autres aliments, dont l'usage nous a t attest par les donnes des sources arabes mdivales, il faut mentionner que les sauterelles frites et sales taient considres comme une friandise. 18 On mangeait quelquefois aussi la viande de lzard

(aqzim, en berbre) et de lion.s0 Comme boisson, on utilisait de l'eau et du lait, d'ailleurs

ct de certaines boissons enivrantes, comme l'hydromel et une autre boisson qu'on appelait en berbre anziz et qu'on prparait de mout de raisin doux.

 

On voit par cet exemple que les renseignements des sources arabes mdivales nous permettent de reconstituer d'une faon assez dtaille cet important domaine de la vie quotidienne des Berbres mdivaux, et encore je n'ai signal qu'un faisceau des faits tirs au hasard d'un important fichier, concernant l'alimentation de ce peuple, que j'ai amass en feuilletant les ouvrages arabes traitant de l'Afrique du Nord.


Le monde berbre vu par les crivains arabes du Moyen-Age

 

37

 

Penchons-nous maintenant sur le rle que les sources arabes mdivales jouent, ou plutt peuvent jouer, dans l'tude de l'histoire de la langue, ou plutt des dialectes berbres. Ce rle est, mon avis, considrable. En effet, les auteurs arabes moyengeux n'ont pas seulement remarqu l'existence de ces dialectes berbres- on y trouve par ex.

mention des langues" de la tribu berbre de Nafusa et de celle de Sanhağa,-mais ils ont aussi signal quelques faits concernant la phontique et la grammaire berbre. Je dsire

citer ici, titre d'exemple, le passage de la sonante vlaire, consonne longue ww, en une gutturale longue gg dans les noms de tribus berbres de Huwwara et de Hoggr, qu'on trouve, au XIVme sicle, dans l'ouvrage historique d'Ibn Haldūn. ' Mais nous disposons d'aprs les crits mdivaux arabes, avant tout, de riches matriaux linguistiques provenant de diffrentes rgions du monde berbre et appartenant aux diffrents dialectes berbres. Dans ces matriaux, dont l'importance est trs grande puisqu'ils nous permettent d'tudier ces dialectes dans la phase mdivale de leur dveloppement, sont inclus des mots isols et aussi des textes plus ou moins longs, contenant des phrases et de brefs rcits en berbre. Ils tmoignent d'une adaptation de l'alphabet arabe une langue dont les sons ne sont pas toujours identiques ceux de l'arabe. Ainsi par ex. les consonnes longues berbres y sont rendues, assez souvent, au moyen d'une rptition des consonnes arabes d'une longueur normale qu'on appelle tadīd. C'est d'ailleurs par le mme moyen qu'on transcrit une consonne longue berbre en franais, o l'on rend, par

ex., dans le mot tabburt la porte un b long par un bb. Quant la notation des voyelles, on observe l'adaptation des graphies arabes voyelle longue/voyelle brve au systme

berbre voyelle pleine/voyelle zro. Cette dernire voyelle peut d'ailleurs comporter un minimum d'lment vocalique, ce qui justifie l'usage de la voyelle brve dans la transcription arabe.

 

ct des riches matriaux lexicaux qu'on trouve parpills, souvent par dizaines, dans les ouvrages des gographes arabes, comme par ex. de celui d'al-Bakri, ou bien dans les traits de pharmacologie, comme par ex. dans celui d'Ibn Baytar-dans ce dernier cas il s'agit de noms de plantes55-nous disposons, je le rpte, de nombreux textes berbres. Je voudrais mentionner ici, titre d'exemple, les phrases berbres en dialecte de la tribu de Masmuda du Maroc, transcrites dans certains documents arabes d'histoire almohade du XIIme sicle publis par feu Lvi-Provencal en 1928. Ces phrases ont t tudies ensuite, quatre ans plus tard, par feu Marcy. Nous disposons aussi de vingt-quatre textes berbres pourvus de signes vocaliques que j'ai eu la chance de dcouvrir dans un recueil anonyme de biographies ibadites intitul Kitāb as-Siyar; ces textes ont t tudis par feu Andr Basset. Ils appartiennent aux dialectes de la Berbrie orientale, pour la plupart celui de Nafusa.

 

Une autre catgorie de matriaux linguistiques berbres fournis dans des ouvrages arabes moyengeux appartient l'onomastique. Ce sont les noms des hommes, des tribus et les toponymes. Ils sont extrmement nombreux. Ainsi, par ex., s'il s'agit des noms de personnes, Berbres ou Berbriss, le seul trait gographique d'al-Bakri nous en fournit environ une centaine. Ils proviennent de tous les cts de la Berbrie et appartiennent plusieurs dialectes berbres. Beaucoup plus homognes sont les noms propres berbres contenus dans le recueil des vies des saints du Sud marocain d'at-Tadili, dont le nombre gale celui des noms de personnes chez al-Bakri. Un autre groupe considrable de noms propres berbres (plus de deux cents) appartenant aux dialectes berbres orientaux, surtout celui de Nafusa, et provenant du VIIIme sicle au XVme sicle nous a t fourni par diffrents crits de la secte ibadite. Le manque de temps mempche de me pencher sur cette catgorie de noms berbres. Il convient de noter cependant, quon trouve parmi eux, outre des noms purement berbres qui constituent la majorit de ce matriel linguistique et dont les traces peuvent tre suivies quelquefois jusqu lAntiquit, aussi des noms dorigine punique, latine ou arabe. Ces derniers ont t dailleurs quelquefois assez profondment berberiss. Ainsi, par ex. Le nom arabe Abd aWahid a donn en berbre Haddu, ce qui n'est peut-tre que la forme berbre enfantine de ce nom. Mais ct de noms arabes, si profondment berbriss, il y en a aussi d'autres dont la forme originaire est nettement mieux reconnaissable. Je voudrais citer ici, titre d'exemple, un Yumar connu de la Description de l'Afrique septentrionale d'al-Bakri qui n'est autre qu'un 'Umar ('Omar) arabe. Un second exemple : on sait grce au livre saint de la tribu de Bergawata que le nom de Muhammad a t transform, dans le dialecte de cette tribu, en Mmet .

 

Nous avons fait, plus haut, une allusion aux noms propres berbres mdivaux, dont les traces peuvent tre suivies jusqu' l'Antiquit. Je voudrais citer ici, titre d'exemple, un Sāğ,"2 Sanādi dans un autre dialecte, apparent sans doute Șanğ, ponyme de la tribu de Sanhağa d'aprs les gnalogistes berbres mdivaux. Or, on retrouve ce nom dans celui de Sannasius des inscriptions latines de l'Afrique romaine.65 Un autre nom berbre, savoir Yaldas cit dans un ouvrage ibadite mdival" correspond fidlement laldas, nom d'un Maure connu du pome latin de Corippe compos au VIme sicle.

 

Le nom de Dieu occupe une position trs particulire parmi les noms propres berbres moyengeux. On l'appelait kū (Yaku) chez les adeptes du prophte bergawata Salih ibn Tarif au Maroc occidental, si l'on peut en croire al-Bakri. Une forme apparente cette appellation, savoir Madyakus nous a t transmise, au commencement du Xme sicle, par Ibn al-Faqih al-Hamadāni. Le nom de Yakus entre aussi, sans doute, dans l'appellation de la tribu berbre de Mazalyaku que nous connaissons par l'ouvrage d'lbn Hawqal

 

L'tymologie berbre de ce nom propose par Ren Basset fait driver Yakus de la forme verbale berbre udonner" n'est pas admise par tous les berbrisants.

 

Nous avons signal il y a un instant que les noms propres berbres transcrits dans les ouvrages arabes mdivaux appartiennent aux diffrents dialectes. On remarque, en effet, dans ce matriel certaines diffrences phontiques. Ainsi ct d'un Mağdulos on trouve Maydūl, ct d'un Seğmīmān'',

Sedmīmān, et ct d'un Mizwer,Miswer.73

 

Les sources arabes mdivales nous fournissent aussi des centaines de noms de peuplades berbres, souvent aligns dans des listes plus ou moins longues. La plus ancienne de ces listes est contenue dans le trait gographique d'Ibn Hurradādbih: elle contient 28 noms. ' Un autre gographe arabe de la mme poque, savoir al-Ya'qūbi mentionne environ 60 noms de tribus berbres Ibn Hawqal a compil une liste renfermant plus de deux cents noms de tribus, al-Bakri nous en cite environ 150 et Ibn Haldun nous fournit, dans son ouvrage fondamental sur l'histoire des Berbres, quatre cinq cents noms. Ces noms ont t transcrits dans les sources arabes ou d'aprs la forme berbre originale, ou bien sous une forme arabise. Ainsi par ex., on y trouve Sedraten ct de Sedrata.

 

Aussi les toponymes berbres sont-ils trs nombreux dans les ouvrages arabes, surtout dans ceux qui concernent la gographie .On les trouve dj par dizaines dans


39

 

 

 

les sources provenant du IXme et du Xme sicles, mais c'est surtout al-Bakriet al-Idrisi qui nous en livrent un grand nombre dans leurs descriptions du Maghreb. Nous possdons aussi des catalogues de noms de lieux berbres. Je veux mentionner ici, titre d'exemple, une liste des endroits vnrs du Gabal Nafusa en Tripolitaine, rdige probablement au XVme sicle et contenant 97 toponymes berbres, et un document similaire, mais beaucoup plus ancien, qui a t rdig probablement au XIIme sicle. Ce dernier document qui porte le titre de Liste des sayhs du Gabal Nafusa et de leurs villages nous fournit les noms d'une cinquantaine de villages du Gabal Nafusa, ct de plusieurs dizaines de noms de personnages berbres.

 

En parlant des toponymes, il ne faut pas oublier qu'une partie seulement de noms de lieux nord-africains signals par les auteurs arabes moyengeux est d'origine berbre. ct de ces toponymes, et ct de noms de lieux d'origine arabe, les gographes et les historiens arabes nous ont transmis une quantit considrable de toponymes d'origine punique, latine ou bien libyque, qui ont tous recu une forme extrieure arabe. Ainsi, par ex., le nom de la rgion de Mittiğa situe dans l'Algrie centrale n'est pas berbre, mais provient du nom propre latin fminin Matidia3,et Mağğāna, une ville de la Berbrie orientale, tire son appellation du latin Medianae. Quant aux noms d'origine libyque transmis par les auteurs arabes, ils sont assez nombreux. Citons de ce groupe, titre d'exempl