ayamun

CyberRevue de littérature berbère

 

 16 ème année

 

Numéro 77  Juillet 2015

 

Email :  ayamun@hotmail.com

 

Retour à Bienvenue       

      

  Prénoms algériens authentiques (mis à jour et augmenté)

Sommaire :

1°) Le texte :   Tukkist seg ungal n Ɛmer Mezdad, « Yiwen wass deg tefsut » ayamun, 2014-2015, isbtaren 108-117

2°) L'article : Littérature écrite en tamazight, un pan méconnu de la culture nationale, par R. Hammoudi,  in HORIZONS du 25 mai 2015

3°) L’étude  :   ASAΓ GER USEKKIL AWEZLAN AZENZAΓ D USEKKIL AΓEZFAN AGGAΓ Actes du Colloque International tenu à Sidi Fredj, sɣur Sakina AIT AHMED

 

 4°)  La contribution : Phonotactique et néologisme, Professeur Noura TIGZIRI, Université Moulloud Mammeri de Tizi-Ouzou

 

5°) L 'évocation :   AWAL AMAZIΓ, ( Copyright (c) 1989, AreZqi Nait Abdallah, Tackult Software )

 

 6°) La paysage : Pays de Saint Augustin et d’Apulée, Thubursicu Numidarum, Madauros…par  ABDELWAHAB BOUMAZA, IN El Watan, Mardi 26-08-2014

 

7°) L' interview : Ecrire en kabyle aujourd'hui pour exister demain, Entretien avec les auteurs Salem Zenia, Mourad Zimu et Ameziane Kezzar, Publié dans La Tribune le 14 - 04 – 2011, Entretien réalisé par Azeddine Lateb

 

8°) Tidlisin nniḍen, en PDF :

 

9°) Les poèmes :  « Aṭas i isebren uysen », sɣur Muḥend-Uyeḥya,

                                   « Tayri yellem wul-iw » sɣur Siham Σakkuc, »

                                   «  Melmi akka yemmut Maεtub ?» sɣur Karim Hamadouche

 

 

  Retour en haut

Numéro 77  Juillet 2015

 Le  texte en prose : 

Tukkist seg ungal n Ɛmer Mezdad, « Yiwen wass deg tefsut »
ayamun, 2015, isbtaren 108-117
 
 
Tfukk  rrekba n lkar

 

Segmi d-tuɣ tumubil Wezna, tfukk fell-asent rrekba n lkar. Frawsa, tura ad tader d akessar, cwiṭ  i d-yeggran ad d-taweḍ Wezna. D tameddakelt-is, deg yiwen uɣerbaz i sɣarent. Tisednan akked txeddem, d tagi kan i tessen. Icrek-itent umecwar : abrid iḍul, izerrem, yeqqerqer, dɣa di snat ţemjajint-as. Zgant ţawḍent s aɣerbaz di lawan.

Assa, ur d ass amagnu. Ɣef akken i s-nnant tinzar-is, arrac ur d-ţasen ara. Yella wanida ara rren ! Ufan-asen-d daɣen ccɣel anida nniḍen, yerna ur yella kra ara d-qḍun dinna, anagar leḥzen.

Teddem aqrab-is, terra tawwurt, tebren tasaruţ :

 “ Yehwa-yaɣ kan neţsekkwir s tsura. Segmi akka i d-neqleɣ ɣer teqrart-a i ţaggadeɣ tukkerḍa. Zik di taddart-nneɣ, cwiṭ useɣwen neɣ ttelqa ileẓwi dɣa ffeɣ, ur ţaggad ɣef uxxam-ik ; tura tiwwura n wuzzal, tisekkwarin n ṭmana, ula d akken ulac axxam ur d-ţẓurun lxeyyan, ula di tudrin. Zik lxeyyan zeggiren-d i medden deg iberdan, neɣ fettken leḥyuḍ acu deg iḍ kan ; deg uzal teffren tanuga-nsen, ţsetḥin yes-s : d lɛib ma yella win i sen-ifaqen-asen, ad d-ǧǧen tacmaţ i dderga n dderga-nsen ! Lxeyyan n tura keččmen s ixxamen, ɣas azal-qayli : ma yella wi i ten-iɛeqlen, axir-as ad yebru i wallen-is, mulac ad gren ɣur-s ! Win ur nebɣa, ad iwet aqerru-s ɣer lḥiḍ ! Segmi akka tengelwa tmessi, akken kan ara tezziḍ s uɛrur, ayen ara d-yasen ɣas bnu fell-as. Ussan n lexdeε ! Wa qqden-t deg ayla-s, wa qqden-t deg tudert-ines, qebḍen-as-ţ kan akka. Qqden  wid i d-yeǧǧa deffir-s, tasa tegzem, ifadden kkawen. Akka am nekkni.

Segmi akka i d-imed Ɣilas, yebda iseffeḍ tuggdi fell-aɣ. Akken yebɣu yili, axxam deg ulac argaz, yezga izdeɣ-it lweḥc.”

Tazribt anida tezdeɣ, ur ţ-id-yewwiḍ ara ugudrun, ar tura tessa s wakal. Taqrart-a, ur d taddart, ur d tamdint, tgemmeḍ fell-asent, tɛelleq gar-asent ! Mi d-teffeɣ syin, teǧǧa tili, tufa-d iman-is ddaw  iṭij iteqqes,  yerna akken kan d 9. Tebda teţader. Igerzan n tmeddasin i d-telsa flayit. Mi tesers aḍar deg ugudrun, tebda tyita am merẓbiqes deg tasaft, anina-ines yesawaḍ ! Dagi, d amalu, agudrun yezga yeqqur, yentel ɣef yiṭij. Kra isurifen, tezwar-as-d  tqerεeţ d tilemt, tecceg fell-as, cwiṭ teɣli. Sya d sya i uzniq, rreks n plastik yuɣ akk atrutwar : ticekkarin, icabcaqen n zzit, widak i d-yezzuɣer ugeffur n ccetwa, ar tura mazal reglen ayen yellan d tasilya. Ticekkarin n plastik wwḍent s ifurkawen n tṭjur εellqent dinna, d ddekkar usḍif, d tiberkanin, d lferg igerfiwen yeggugmen, afriwes-nsen yesawal i lhemm. Cemmten iferrawen adalen, terwel seg-sen chlorophylle, tanyilt-is yeddem-iţ buḥmum.

“ Ula d ageffur n tura daɣ neţa yeffeɣ-it leεqel : ad yesqwerqer ayen i s-yehwan alamma ctaqen-t medden, mi d-yuki ad yekkat s lehbala, ad d-yesmir ayen i wumi ur yezmir wakal, ɛni yeţεanad imdanen di tekriṭ : ur d ibuqalen kan, d isekkinen i d-iɣellin. ”

Tumubil tbedd-d ɣur-s. Wezna teṭtef taẓayert. Frawsa teckem. Tsellem fell-as. Tinna terra-yas-d :

  – Abrid yesekser, ggumaɣ ad aɣeɣ-yid-s tannumi. Kuẓeɣ tanhert deg-s.

  – Nekk nniqal ɣliɣ maḍi ! D taqerɛeţ n plastik i d-yezwaren s agerz, rekḍeɣ-ţ. Ayen akk i d-yezzuɣer ugeffur-nni n ccetwa, atan yuɣal d aɛemmur.

– Tamurt-nneɣ ansi i s-tekkiḍ teqqers. Ulac tamnaṭ iselken, ad nesaram ɣur-s.

– Azniq yuɣal d agudu. Ayen nnulen medden ḥseb-it iḍaε. Ula d ageffur n tura d tiyita n win yemxellen, mara d-yeɣli yesexlaε.

– Tineggura-ya, ulac tamurt imenεen deg ubberwi n tegnewt, acu nekkni abberwi-nneɣ iman-is : akken tebberwi tmessi i terwi tegnewt.

– Kra yezrin ad d-yuɣal, ulac ayen yellan d amaynut. Ayen yeḍran ad yeḍru, ayen ara yeḍrun tuɣ yeḍra, akka alamma d taggara n ddunit.

– Ahat maḍi d tin i d-yewḍen, daymi akka aɣurar d iḥemmalen, wa deffir wa.

– Zik ḥekkun-d, qqaren, tikkwal, yekkat ugeffur alamma ɣellin-d yemcac. Ur walaɣ amek ara d-ddun yemcac deg ugeffur !

– Ɣriɣ di Internet, di timura akk terwi tegnewt. Llant anida i d-teddun iselman deg ugeffur. Yiwet n taddart isem-is Korona, di tmurt n Grèce, teḍra yid-s : twet-d fell-as zzedwa n waman ddan-d deg-s iselman. Akka daɣen di Great-Yarmouth deg utaram n Legliz, ddan-d iselman deg ugeffur yerna mazal-iten ddren. Mačči d leɛǧayeb : d aḍu yeqwan i ten-id-yeţsummun seg aman anida zzren, ulin deg uzwu, aḍu yersers-iten anida nniḍen. Ihi, ula di tmurt-nneɣ, ahat d tideţ, zik teddun-d yemcac deg ugeffur !

– Ula d nekk ilaq-iyi Internet-agi deg uxxam. Ilaq-as i Ɣilas-inu.

– Ilaq-am ula i kemm. Deg Louisiana, di Marikan, 500 igḍaḍ mmuten i d-yeɣlin seg igenni. Di Falköping di Swida mačči d izli i d-yeɣlin seg ifrax ufan-ten medden mmuten. Deg tama n Ishikawa, di tmurt n Japon, d tiberdeddac n imqerqar i d-yeɣlin deg ugeffur.

Wezna teɣra di tesdawit armi tfukk, syin truḥ agemmaḍ, tkemmel di tmura irebḥen. Ayen i d-tenniḍ, ad tafeḍ tezwar-ik ɣur-s. Frawsa, ulac ass ideg ur d-tugim ɣur-s kra n tmussni. Acu, mačči i medden akk i wumi ara teseṛwu awal, twezzen ayen teqqar, teţkukru,  teẓra  ayen  i  wumi   zemren   medden  di  twuɣay.  Teqqar :  « Ilaq   ad   tbeddel   tmessi-nneɣ  yerna   ilaq   ad    as-neḥḍer ! »

 Ackunteḍ teckunteḍ deg tekti-ya tikkwal yesderɣil-iţ : ur teţruẓu ara deg awal-is. Wezna tejweǧ, argaz-is d ṭbib di lɛesker ddeqs iseggasen, syin yuɣal-d ɣer civil ixeddem di sbiṭar. Yerra ddhen-is ɣer taddart anida lulen baba-s d jeddi-s, amzun yebɣa ad yales i tmeddurt-nsen swadda ! Ɣef akken i s-tenna Wezna, anagar lxir i s-yexdem wergaz-is, werǧin i ţ-iḍur. Amgirred yellan gar-asen  d  wa : neţa  yebɣa  dderga, neţat  tugi ! Yal  ass  yeqqar-as : « Mer mačči ɣef dderga, acimi akka ara jewǧen medden ? » Yexreb unnar gar-asen. Armi d yiwen wass, tura 2 iseggasen zrin, tesṭebṭeb-d s axxam  n  Frawsa,  mi  iɛedda  uzizwu,   tenna-yas :  « Dayen ! »  Tinna terra-yas :  « D acu i dayen ? »

– Dayen, nniqal assa i d berru, yuɣal ur d-yusa ara ɣer temlilit,  tura kan i d-ffɣeɣ seg uxxam n ccreɛ.

– Aya Wezna, ɣef acu ? Acu n tsebbiwt ?

– Ulac ! Ɛyiɣ deg-s ! Ur d-nemyezg ara.

– Ɛni wigi akk ijewǧen myezgen-d ?

– Nekk mačči am nutni ! Nniɣ-am ur d-yusa ara ad nemqabal, yiwen wursu !

– Ahat d kra i t-yuɣen. Win i d-rebban lɛesker yessen acu i d ţiɛad. Makka ur d-yusa ara, ahat d kra nnig yiɣil-is. Yerna ur walaɣ ara ɣef acu tggerneḍ ! Acu i s-d-tekkseḍ ?

– Ur as-d-kkiseɣ ara, nniɣ-am ur d-nemyezg ara. Segmi kecmeɣ axxam-is, ulac ass deg ur iyi-d-yemmeslay ɣef dderga. Ilaq ad as-d-berḍeɣ, neɣ ala !

– Dderga, a Wezna, yes-s teţeɛziz tudert ! Arraw mačči d abraḍ ! Ulac aɣilif, ad am-yekkes wurrif. Ţnaɣen akk medden ! Ula d iẓerman deg uɛebbuḍ n bnadem ţnaɣen.

– Mer i d-nemyezg, ur neţnaɣ ara ! Qqareɣ-as dderga-yagi d taneggarut, muqel imawlan-nneɣ msakit, ɛni rebḥen imi akka aṭas i d-berḍen ? Neţa yeqqar-iyi-d, nekk ţarraɣ-as. Yiwen wass yufa-yi-d ɛyiɣ nezzeh, yerna ahat ula d neţa daɣen yeɛya. Zaden kra imeslayen. Nniɣ-as : « Ɛni, ula d nekk, tebɣiḍ ad iyi-terreḍ d tawtult,  ihi  ɣas  ayes :  dderga ulac ! Ma tebɣiḍ ad trebbiḍ, aɣ-d akanic ! » Walaɣ ceɛlent-d wallen-is fell-i, yiwen ucεal dayen kan, iẓri-ines assen d win ineqqen. Armi d imiren i d-mmektaɣ win yessnen ad ilawi, yessen ad ineɣ ! Yerna neţa d leɛsker i t-id-irebban ! Yerfed afus-is d asawen, nniqal ad iyi-ibeqqeḍ. Ma nniɣ-am ur t-uggadeɣ ara, skaddbeɣ ! Yuɣal yebra i ufus-is. Neţa, tuɣ yezga yeqqar : argaz yekkaten tamettut ur d argaz ! Nniqal assen iwet-iyi, ahat ɛeddaɣ tilisa. Ur ẓriɣ ara acu i d-yesmermeg, yeqqrec tuɣmas-is, tefka-t tewwurt ɣer berra. 3 wussan ur ẓriɣ anida yerra, wis 4, ṭtfeɣ-d taneccaṭ s axxam n ccreɛ. Yeǧǧa lqecc-is, ur yewwi ula d abalṭu, anagar ayen yelsa mi yeffeɣ.

– Ihi, amar d kra i t-yuɣen ? Amek akka ara yeǧǧ kra i d-yuɣ d arukkut, ad  yeǧǧ  axxam s lekmal,  d wayen  i  d-yelqweḍ  s  leɛtab ?

– Mer ur i-yesaweḍ ara s axxam n ccreɛ, ahat ad nadiɣ fell-as, imi akka i-s-yehwa awer d-yuɣal, nekk zedɣeɣ ! Yerna axxam tura beddleɣ-as tisura !

– Ihi, a Wezna, a ultma, axxam ideg ulac argaz, mačči d axxam, yeţsuḍu deg-s lweḥc. Yerna ad am-iniɣ, irgazen am wa ur ggiten ara, ulac anida ara t-tafeḍ !

– Ahat ! Ɣur-i kifkif-iten akk !

– Ɣas d ṭbib, uggaɣ teţuḍ zik yella d aɛsekriw. Lgirra ičumar werɛad tfukk.

– Ayen yebɣun yaɣ-it. Tugareḍ tamɣart n yemma, uggaɣ kemmini timendeffirt i tleḥḥuḍ. Mer ad d-afeɣ iman-iw akka am kemm, irgazen, yemmut uɣyul ɛiwed-d aɣyul.

– Self i wudem-im, awer teḍru yid-m am nekk. Ad tesṭasreḍ nezzeh ! Nekk, meqqar, sɛiɣ Ɣilas. Yella wanida ckuntḍeɣ !

– Mer i yurǧa cwiṭ ahat ad as-dduɣ di lebɣi, imi akka i s-yehwa, anef-as.  Win yeḍruran, ad inadi.

Akka Wezna, ur teţruẓu, ur tkennu, tella tama ideg tedderɣel : tɣil  akka ara tbeddel timsal, neţat i tḍur kan d iman-is, d wid isennden ɣur-s.

Dɣa tbeddel tanila i uskasi-ines. Aţan teţmeslay ɣef lewḥuc yeţmeţaten  di  tmura  ur  nesaweḍ,  di  Tefrikt  taberkant  d tin  ugafa :

– Ula dagi ɣur-neɣ imezdaɣ umadaɣ fukken. Ur tselleḍ ara i yifis yeţneqniq, yesegririb taḍsa-ines, meḥsub ruḥen negren  wuccanen yeskeɛwiwen, ula d ilfan d yemxuxen-nsen dayen ur d-ţalin s urtiyen. Ma tebɣiḍ, fukken akk msakit, ɣas tura ulac iseggaden. Wissen acu-t waṭan-agi i ten-yesnegren. Zik, di tmurt-nneɣ, ulac lweḥc ur nella. Izmawen akked iɣilasen, d Irumyen i ten-ifukken asmi d-nneɣlen fell-aɣ. Akken zeεma ad d-ters talwit ɣef tmurt, ad teddun medden deg iḍ, snegren-ten akk. Deg 1880, nɣan 16 izmawen d 112 iksilen. Deg 1881, nɣan 6 izmawen d 21 iksilen. Deg 1882, 4 izmawen d 48 iksilen. Zik, yekkat udfel alamma iɣumm tizeɣwin, izmawen ţalin fell-asent, kerrḍen  adfel alamma d iqermuden, ţḍaffaren-d rriḥa n testan deg uddaynin ; acu ţaggaden  times, anida ara sriḥen neɣ anida ara walin times, ad rewlen, daymi times tezga deg ixxamen, tikkwal maḍi ţmekkinen-as medden d ajajiḥ ; mara d-alin ɣef ssqef, ilizeq yeţaweḍ alamma d ajgu alemmas, abbu iţeffeɣ deg uqermud ! Ţaggaden-t yizmawen. Dɣa reggwlen.

– Ɣas akken seɣlayen rriba ɣef tmurt, Leqbayel ur ţ-ddin fell-asen, ur ten-snegren ara,  qqaren : ayen i d-yeɣlin ɣer ddunit armi yesɛa amkan-is,  yerna yezzewer-as-d s lɛic-is ! « Ulac talulebt yellan d zzayed deg ayen i d-yexleq Rebbi ameɛzuz ! »  i qqaren at zik.

– Ihi, Irumyen snegren-t ! Tiẓegwa anida tgellden yizmawen akked iksilen, uɣent-tent wuccanen ! Ffuktin dinna armi d taggara n lqern yezrin. Tineggura-ya,  ula d uccanen neqsen. Uḍnen, aṭan-nsen d winna yesengaren. Winna i wumi qqaren leishmaniose, aṭan aberkan, neɣ ajeǧǧiḍ n lexla. Ţasren aksum, anagar iɣsan d uglim, surṣuḍen, iɣelli-yasen zzeɣb. Tura, ula d iqjan n tmurt-nneɣ yegla yes-sen !

– Amar d tinna n nnger n ddunit i d-yewḍen. Lpétrole, tumubilat, la chimie, le nucléaire sexḍen akk timura. Yesseḍ bu sin iḍarren ! Ma ikemmel-iţ akka, kra yellan ad  yeqqerqer. Qqaren-d at zik, asmi ara tenger ddunit, ad teɣbu tafat, igenni d lberr ad mlilen, wa ad yekcem deg wa. Idurar ad rgagin, syin ad bdun asikel, ad yekkat ugeffur : 7 wussan, 7 wuḍan, ur ţawin waman. Imiren ad tennegdam ddunit, ad ţ-ǧǧen waman i d-yenneɣlen,  ad d-yeffeɣ yiwen  n  ţeǧǧal d awezzlan maḍi ; ɣur-s  aqerru yekkernenni, ɣur-s  yiwen uḍar kan iteddu fell-as, yiwen yiɣil, yiwet n tiṭ, yiwen umezzuɣ, ma d agerbuz ulac, ad yeţfruruy, ad irennu, d tabulga ur iqebbel leɛqel. Ur tmenneɛ deg-s temnaṭ di ddunit, kra din ad yegriwel. Syin, ad d-yeɣli yiwen uɣurar ur d-iggerri yifer zegzawen, kra i d-itemɣin ad yeqqar. Kra ileḥḥun, kra ileɣɣun, kra yeţferfiren ad yesuffeɣ rruḥ ! Kra yellan ad yenneqḍaɛ, ur ţafen medden acu ara ččen, neɣ acu ara swen.

– Ihi tura, uggaɣ aql-aɣ deg-s. Ad galleɣ ur ḥniteɣ, ar wagi i ɣ-iḥekmen tura si ţeǧǧal i d-yuɣ aẓar, yerna d bu taṭtucin d tizerwalin. Wagi d tawaɣit ara d-yeseɣli fell-aɣ. Azerwal n taṭtucin ulac deg-s laman, i yi-teqqar seţi !

Kecment tamdint, lǧamaɛ aggeɛmir yeskan-d aqamum-is. Nniqal d sbiṭar ara bnun dinna, yuɣal bab n tferka anida akka i t-bnan, yenna-yas i ddewla : « D aseɛdi win ixeddmen lxir ! Atan akal-a, ad t-ffɣeɣ baṭel, ur ţawiɣ deg-s duṛu, ddunit-a tamcumt ulac win ara iqegglen deg-s, d aɛeddi kan ara nɛeddi deg-s, ihi duṛu ur ţ-ţawiɣ,  acu ilaq d lǧamaɛ ara yalin  dinna ! »  Dɣa ddewla  tedda-yas  di  lebɣi : isurdiyen i d-tesuffeɣ i wakal-nni ma ur ten-yewwi ara bab-is n wakal, neţa yewwi kan lḥasana, isurdiyen-nni, ihi, wissen  anida rran, anwa lǧib uɣur mmaren ?

Simal sikilent di temdint, simal yeţbbuɛbun ugdud. Agdud n wassa ur ggiten  deg-s wid meqqren di leɛmer. Atenad akk d ilmeẓyen, leɣɣun sya d sya, d nutni kan i yuɣen tamdint. Tugeţ deg-sen lsan tibaskiḍin. Ɣas akken yeḥma lḥal, taggara n tefsut, gar izegzawen d iquranen, llan wid i d-yelsan  ibulṭa. Llan kra iɛekkzen gar ifassen, wissen anida akka ara sɛukkzen, ɛni d adrar ara alin, neɣ d ulli ara d-rren ? Llan  wid i d-yewwin ticekkarin n plastik yerna ččurent d kra. Awah, plastik-a, anida i teddiḍ yella !

– Yehwa-yanteɣ kan ad naweḍ, ad am-galleɣ ar ulac win ara d-yasen assa.

– Iḍelli ur ten-tɛeqlleḍ ara akken ma llan. Ur iris ara ddhen-nsen ɣer leqraya :  d igendyaz teqqes taggunt.

– Tineggura-ya, allaɣ-nsen yerwi akk. Nekk armi uɣaleɣ ţaggadeɣ-ten.

– Akken bɣun ssḍen, d wigi-nneɣ axir. Di temdinin nniḍen ggaren iman-nsen ula di llebsa n tcixtin. Ad ilin kra werɛad sfiḍen iẓzan   di  tjeḥniṭ-nsen,  ad  as-inin  i  tcixeţ,  tizzya  n  yemma-tsen : « Ṣser iman-im, els llebsa n leḥlal ! » Yerna ad ţ-ddun fell-as, ad as-ţalsen, ma ur asen-tuɣ ara awal, ad as-skerhen lxedma. Ddeqs i yeǧǧan tanyilt-nsent !

 

– Llan wid yeqqaren maḍi i imawlan-nsen : nekk ur iyi-tesɣar ara tmettut. Tikkwal d babat-sen i d-yeţasen, alamma d aqerru n lkulij, ad as-yini : « Mmi, ilaq ad as-tbeddleḍ tazeqqa, bɣiɣ ad iɣer anida ulac ticixeţ ! », yerna llan wid ara d-yeqḍun.

 

Tiḥuna tineggura, tid werɛad iderrεen, tura bdan ad ţkerkiren iriduyen. Asnuzu ifukk, tura ad yebdu ssuq nniḍen ara εemren widak-agi akk ileɣɣun berra.

 

Ɛmer Mezdad, « Yiwen wass deg tefsut »

ayamun, 2015, isbtaren 108-117

 

 


 

  Retour en haut

Numéro 77  Juillet 2015

L’article : 

Littérature écrite en tamazight, un pan méconnu de la culture nationale

 

par R. Hammoudi,  in HORIZONS du 25 mai 2015

 

 

Description : Description : C:\Users\AXXAM\Desktop\Un pan méconnu de la culture nationale - Horizons_files\arton65655-f941d.jpg

Amar Mezdad est un nom qui ne doit pas dire grand-chose à beaucoup de monde. C’est pourtant un auteur qui, au fil de ses livres (il en est déjà au quatrième), continue à peindre la réalité enchantée ou âpre de notre pays.

 

Amar Mezdad fait partie, pour Nacereddine Aït Ouali dans son livre qui vient de paraître*, « de ceux qui ont pris au tournant des années 1990, le relais des précurseurs et des pionniers de la littérature de langue amazighe ». Celle-ci ne bénéficie certes pas de la visibilité et n’a pas l’écho des publications paraissant en arabe ou en français. Pourtant, au fil des années, elle s’enrichit de nouvelles publications et trouvent désormais une modeste place dans le catalogue de certains éditeurs, y compris étatiques. L’Enag, l’Anep et surtout le HCA ont alimenté cette veine. Partant sur les traces de toute cette production, l’auteur en situe la genèse en 1946 avec la parution des « Cahiers de Belaïd Aït Ali » dont un des récits « lwali nwadrar », a, selon lui, les caractéristiques d’une œuvre de fiction. L’éditeur Dar Khattab a mis en 2009 sur le marché l’œuvre intégrale de Belaïd Ath Ali accompagnée d’un ouvrage de Mohand Ibrahim au titre évocateur « L’écrivain et le génie littéraire », paru deux années plus tard. S’ensuivra une longue éclipse de la littérature amazighe. Elle sera toutefois entrecoupée de travaux de collecte de pièces du patrimoine comme les poèmes de Si Muhand réunis d’abord par Mouloud Feraoun puis par Mouloud Mammeri en 1969. Longtemps, ce sont d’autres langues qui ont permis de fixer les sentiments, les rêves des berbérophones. Le tamazight servit davantage à la poésie chantée ou non, aux légendes et contes ou proverbes recueillis par d’innombrables chercheurs (Taous Amrouche et son frère Jean, Nacib, Ferrad, Tassadit Yacine….). Le passage à l’écrit est récent même si dans un livre d’entretiens réalisé au milieu des années 1980 par Tahar Djaout, l’auteur de « La colline oubliée » confiait avoir écrit quelques passages directement dans sa langue maternelle. L’écriture de la fiction est apparue concomitamment avec l’émergence du mouvement berbère dont un roman, celui de Saïd Sadi « Askuti » sorti en 1983, s’inspire directement des événements d’avril 1980.

Depuis, à la faveur de la libéralisation du champ politique, éditorial, de la reconnaissance par l’Etat de la dimension berbère de la culture et de la personnalité algérienne, de nombreux livres ont paru. L’auteur nous offre un panorama quasi-complet de toute cette production. Aït Ouali, docteur en littérature française de l’Université Paris 8, procède à l’analyse des romans qui ont marqué les différentes périodes bien délimitées. Outre Belaïd Aït Ali, on trouve les écrits de Rachid Alliche, influencé dans son premier livre « Asfel » par le nouveau roman et d’écrivains plus récents comme Salem Zenia ou Mourad Zimu connu aussi comme chanteur original et novateur. Des textes plus récents comme les nouvelles de Djamel Arezki ou Saïd Chemakh, qui se sont exprimés sur le registre de la nouvelle, ont subi le même « traitement ». Il en repère les thématiques, décrypte les personnages et les situations et tente une classification en genres. A ce propos, il accorde une place au roman qui s’inscrit dans le registre historique. Il évoque à la fois les aspects qui fragilisent l’essor de cette littérature (poids de la tradition orale, usage des néologismes, problèmes de transcription…) et les facteurs qui alimentent l’espoir dans l’avenir. Le chercheur se montre sévère sur certains aspects qui rapprochent quelques auteurs, écrit-il du degré zéro de la littérature. Il perçoit aussi des signes de vitalité et de recherche thématique ou formelle chez d’autres. Du point de vue thématique ou esthétique, il constate « une diversité d’approches, une certaine recherche. Les romans s’ouvrent à d’autres sujets comme l’amour, la condition féminine ou l’intégrisme religieux ou le terrorisme », note-t-il (P. 189). Le livre est un bon outil pour découvrir ce pan méconnu de la littérature qui exprime des réalités algériennes et le contexte qui sous-tend toute cette écriture.


R. Hammoudi

 

* L’écriture romanesque kabyle d’expression berbère. 195 pages, Editions L’Odyssée, 450 DA

 

Retour en haut

Numéro 77  Juillet 2015

L’ étude :

Actes du Colloque International tenu à Sidi Fredj qui a regroupé des chercheurs en linguistique, kabyles, rifains, icelhiyen etc.....

 

ASAΓ GER USEKKIL AWEZLAN AZENZAΓ D USEKKIL AΓEZFAN AGGAΓ,

Sakina AIT AHMED

https://www.facebook.com/sakina.aitahmed/posts/837836582937188?fref=nf

Azul sumata

Asmi i d tesufɣeɣ taɣwalt s tefrensit "Le système de notation de la langue kabyle" "asarag deg useggwas 1990" aṭas n wid i yi d yesutren ad t id ereɣ ɣer teqvaylit.

Dans ce qui suit, J'ai essayé de répondre à leur souhait au moins en partie. Sachant que je préfère toujours la simplicité et la discrétion en général, surtout sur les travaux en attente de la sortie imminente d'un livre qui traite d'un certain nombre d'autres points afférents à la description linguistique de la langue kabyle. 
Vos remarques constructives sur cette communication sont bienvenues

Tanemirt

ASAΓ GER USEKKIL AWEZLAN AZENZAΓ D USEKKIL AΓEZFAN AGGAΓ
Akken i s yenna Lionel Galand deg useggas 1953 : 
Wi zṛan ma mači d asaɣ ger isekkilen iwezlanen d isekkilen iɣezfanen ara d isfehmen akken iwata, amek ara naru tamaziɣt

Ma yela d tutlayt taqvaylit, ivan lan isekkilen iwumi asaɣ “corrélation” ger usekkil awezlan azenzaɣ “spirant”, d usekkil aɣezfan aggaɣ “occlusif”; iveggen d s tin n tusna, asekkil azenzaɣ ilaq ad iţwaru s yiwen usekkil , ma yella d asekkil aggaɣ ilaq ad iţwaru s sin isekkilen
Ihi, ad neɛreḍ ad t id nesken deg ayen ara d itevɛen. Am akka, tutlayt taqvaylit tevna γef tanmegla “opposition” ger usekkil awezlan azenzaγ “spirant” d usekkil aɣezfan aggaɣ “occlusif”. Di tazwara, ad d nelhu d isekkilen :
/v/ /bb/- /p/- /d/ /dd/ - /t/ /tt/- /ţ/ /ţţ/- /k/ /kk/- /g//gg/

1- Tanmegla ger isekkilen : /b/ /bb/ /v/ /p/
Acḥal ayagi neţţaru asekkil awezlan azenzaɣ /b/ ma d asekkil aɣezfan aggaɣ /bb/. Maca mara nhedder nesusruy “employer” imesli /v/
Diɣen asekkil awezlan /v/ ur yeţţemgarad ara d usekkil aɣezfan /v v/, acku ur yella ara di teqvaylit.
Maca, imi tusna n tutlayin mači d tusna tufrint “exacte”, iwakken ad yishil umeslay d tira s teqvaylit, ilaq kan sya n tusawent ad neţţaru asekkil awezlan azenzaɣ /v/ ma d asekkil aɣezfan aggaɣ /bb/: 
sverdeɛ /bberdeɛ ; iviw/ebbi ; vurebbu/vururu 
yebbi d tiqcert n uɣrum 
ɣurwat ad tefγem a y imeẓyanen, ad kwen yeč vururu
Tasureft “exception” : asekkil awezlan /b/ mara yili zdat usekkil /m/ mazal it d aggaɣ: tambult

Asekkil /p/ ur yeṭuqet ara, lant tinḍiwa “variantes” di kra n aẓiyen “régions”.Ma yella di Vgayet sexdamen kan /w/ : tawwurt ; yewwi t 
/tawwurt/tappurt/tabburt/
/yewweḍ/yepweḍ /yebbw eḍ/ 
/lemwarva//lempwarva/ lembwarva/
/emwiwel/empwiwel/ embwiwel/
/n wexam/pwexam/bbwexam/w-wexam/ 
/n weltma/pweltma/bbweltma/
anwa wa/ampawa/ambwawa/
awalen i d newwi sɣur tefrensist: apiki ;apaki

2- Tanmegla ger /d/~/dd/ /t/~tt/
ḥader/aḥeddad ; adu/ddu ; udem/eddem 
udaɣ-t s uɛekkaz 
yeddem agelzim γef tuyat is
Tasureft : asekkil awezlan /d/ mara yili zdat isekkilen /l/ neγ /n/ mazal it d aggaγ: amendayer, aldun, anda,

3- Tanmegla ger isekkilen /t/ /tt/ / /ţ/ /ţţ/
ehtuti/ettutti , tarwa/ttutegga ; ttiha
s tin n ttiha
axam ik yehtuti
yettutti d ersas d avruri

Asekkil aγezfan yella dima deg urmir usid “aoriste intensif”
ifettel; yettewttew; yettuttuy/ neqqar diɣen : yeţtuttuy

Tasureft : asekkil awezlan /t/ mara yili zdat isekkilen /l/ neγ /n/ mazal it d aggaγ: tamelalt, taqjunt
Asekkil /t/ d amasay “porteur” n wunti “féminin”

4- Tanmegla ger isekkilen : /k/ ~ /kk/ /g/ ~ /gg/ :
eks ~ ekkes ; ak ~ akka; ekmer ~ ekker 
Ali n tevlavalt, yeksan aqḍar s tmelalt
aḥviv d aḥviv mi tekmer, mači di tizi n liser
Tasureft : asekkil awezlan /k/ mara yili zdat usekkil /ḥ/ eḥku ; /f/ fak ; /c/ aveckiḍ; /ɛ/ eɛkef; /r/ erkeḍ ; /s/ esker; /v/ ivki ; /n / enkeẓ, mazal it d aggaγ :

gma ~ yegguma; igig ~ iggi “: engi ~ neggi ( urmid usid).
Ur ḥemleγ gma ur ḥemleγ wi ara t iwten
d averkan am yiggi n weḥriq
Tasureft : asekkil awezlan /g/ mara yili zdat usekkil /v/ evges ; /ɛ/ eɛgez ; /r/ ergel; /j/ ejgugel mazal it d aggaγ :

5- Tanmegla ger isekkilen imesli ger yiles d tgerjumt: /kw/~/kkw/; /gw /~ /ggw/; /bw/~ /bbw/;/ɣw/ /ɣɣw/. /qw/ /qqw
Ayen iwumi qqaren s tefrensist “vélarisées”” 
Lan wid tikwal sexdamen t tikwal ala
ek(w)vel, lemk(w)eb; ek(w)mer /ekk(w)erṭeṭi ; ekk(w)ernenni 
lan imekwan i deg ur t sexdamen ara, qqaren : ekvel; lemkeb; ekmer; ekkerṭeṭi; ekkernenni
Agwi~ uggwi ; agwni ~ taggwent ; tagwest ~egg wet 
Lan imekwan i deg qqaren yugwem d aman, llan diɣen wid yeqqaren /yugem d aman
Kra n wawalen ekkan-d seg uzar aqvur /w/: /aweḍ/aggwaḍ; awi/aggway; erwel/reggwel

6- Tanmegla ger isekkilen /bw/ ~ /bbw/
embwiwel (amalay “masc.) empwiwel (unti “fém”.) 
Asekkil aγezfan yekka d deg wazar aqvur /w/ : /yewwi/yebbw i/yeggw i/ ; ɣebbw el/ɣewwel ; cebbwel/cewwel, cwal
Deg umḍiq n Vgayet mazal iten qqaren kan yewwa, yewwi

7- Tamengla ger Isekkilen /ɣw/~ /ɣɣw/qqw
Llan yemḍiqen i yesexdamen ɣw/~ /ɣɣw/qqw, llan wiyad ala
abeɣ(w)li, aɣ(w)bel; taɣ(w)ect ; eɣ(w)ze ; iɣ(w) zeṛ/ iɣezṛan .
Amyag “verbe”; evɣeḍ /yebɣeḍ (umir) ~ ibeɣɣeḍ/ibeqqeḍ (umir usid)
Ma d amyag uɣal: yuɣal (umir) ~ iteqqwel/yeţţuɣal (umir usid)

8- Tanmegla ger isekkilen : /qw/ ~ /qqw/
sqw erqwer/eqw ejqwej/taqweddimt - / sqerqer/eqejqej/taqeddimt
Ar tagrayt “conclusion”: ama d wid i t yesexdamen tikwal, ama d wid ur t nesexdam ara maḍi, ayagi nezmer ad d nini yusa d kan d amawan (marginal). Iwakken ad tifsus tira n teqvaylit, nezmer ad as nevru sya d tusawent ma yella nevγa.

9- Tanmegla ger isekkilen /ţ/ /ţţ/ /č/ /ǧ/ /
Asekkil awezlan /ţ/ : tideţ; tabugatuţ ; tayeţ ;tamerkantiţ 
Asekkil aγezfan /ţţ/ : yeṭuqet deg imyagen “verbes” i neseftay “conjuguer” d urmir usid “ aoriste intensif” d tigawt “action” ama tezga : iţţafeg; ama d tavawt “négation” : ur iţţafeg ara ; 
yeţţawi ; yeţţakwer , yeţţargu.
Di Vgayet d kra n tutlayin n tmaziγt n Maroc ur semrasen ara asekkil /ţ/ qqaren :yettawi, yettargu; yettakwer
Llan wid i yesexdamen kan asekkil /ţ/ ,deg umkan n /t/ : ad ţruḥed; d ţagi d ţaxamt
Isekkilen /č/ /ǧ/ lan d war asaɣ “hors correlation” ihi imi akka, iwakken ur neṣaẓay ara tira ad ten naru kan s yiwen usekkil:
eǧ ; teǧel ; ajeǧig; eč ; ečar ”, ajeǧiḍ 
cebbeḥ/yeččebbiḥ; cud/yeččuddu ; cuf/yeččufu .

yewwi yas d ajeǧig n tayri
aksum nni yeča t wemcic
yeččufu yas qendur ar tagara ixedeɛ it

tasureft: aseɣ ger usekkil awezlan /ţ/ d uɣezfan /ţţ/ yella kan deg umir usid
aseɣ ger usekkil awezlan /č/ d uɣezfan /čč/ yella kan deg umir usid.

10- tanmengla ger isekkilen: /ž / 
asekkil /ž/ yella deg wawal averani : Lžayer/Lzayer
ivzeg/ivezzeg/ivežžeg/iţţazeg/; 
wezil/wežil/ iţţiwzil; 
agezam/ agežam; agezar/agežar
yegzem/igezzem/igežžem “umir usid”
yegzer/igezzer /igežžer
asekkil agi /ž/ ur yeṭuqet ara nezmer ad d nini de wer asaɣ. Asekkil agi /ž/yella d tanḍa “variante” n /z/. I tdamsa n tutlayt nezmer ad t nekkes

Isekkilen yelan d war asaɣ
Ulac deg sen asaɣ ger usekkil awezlan azenzaɣ d usekkil aɣezfan aggaɣ
isekkilen n tinzert : m/n
amcic mimi tamumuct, amud amaddaz/amudduz ; 
inu; ini, tanina tindi, endef
asekkil ucenfir d tuɣmest /f/:
tafrara; afus, ifis, tifest efser ; efsex;afwad, afexar; 
asekkil asmami “vibrant” /r/ 
tardast, erfu; rfufen;targit, regged ;ergem; ergel; erhen; 
asekkil /l/ 
ili; tili; alen; ul; tila; ulac ;alecac; tililac; taluft; alag; lejlej; elmed; alemsir; alamaḍ; ilni; ilindi
asekkil /q/ 
eqlec;aqelmun; aqmamas; amequn; iqanan; qerdec; taqesult;aqwir; tiqit; sqaqi; qazem
Ar tagara, i lmend n tdamsa n tutlayt taqvaylit isekkilen agi i yelan d wer asaɣ nezmer ad ten naru kan s yiwen usekkil.

War asaɣ n tufayin “emphatiques “
isekkilen /ḍ/ /ṭ/
aḍiḥan; ḍil; aḍen; anemḍer; eṭer; eṭes; taḍwiqt 
asekkil /ṛ/ 
aṛavuz /ṛuc; taṛiṛuct; eṛceḥ; iṛideḥ; aɣṛum ; aqeṛu; eţaṛ ; exṛev; ečaṛ ; ẓeṛ; aɛeṛvun; eɛṛeḍ

Tasureft :mara yili yenteḍ ɣer isekkilen am :/ɣ/; /q/, /ḍ/, /x/, /ḥ/, /ţ /ǧ/, /č/;/ẓ/, ivan / ṛ/ ivan yured “prévisible'' . Ihi , iwaken ad tifsus tira nezmer ad nemsefham akken ad nekkes taneqiṭ dddaw /r/mara yili erif isekkilen agi

asekkil /ṣ / 
tuṣḍa; taṣefayt; aṣefṣaf “peuplier”ṣekkek; ṣelan; aṣenduḥ; ṣenṭi, aṣerṣir; aṣurdi
asekkil /ẓ/ 
tilemẓit, eẓu; aẓ; tiẓeṭ ; eẓḍ; iẓḍi; aẓeṭa, tazazaṭ: eẓḍeḥ; eẓeg; 
asaɣ ger usekkil awezlan d uɣezfan ufay war yeli, ad ten nettaru kan yiwen usekkil.

Xas ulama, ilaq vnadem ad iḥezev deg ayen yeɛnan tagmi tusnit “recherche scientifique” i yeţţusensen “appliquée” i tutlayin, maca ayen ivanen , iqvayliyen n Vgayet zvan “résister” akken iwata mgal asekcem n isekkilen agi ufayen. Nezmer ad d nini ggeten deg sen wid i d yekkan si taɛravt am /ḍ/ /ṭ/

AGZUL “Résumé”
1) Isekkilen iwezlan izenzaɣen “spirants” ad ten neţţaru s yiwen usekkil ma yella d iɣezfanen aggaɣen “occlusifs”ad ten neţţaru s sin isekkilen
2) Isekkilen i yelan war asaɣ ad ten neţţaru kan s yiwen usekkil 
3)Ma d isekkilen ufayen lan wid yelan di teqvaylit, am ṣ ẓ ; lan wid i d yekkan si taɛravt am /ḍ/ /ṭ/, cwit cwit eṭfen amkan n usekkil /t/ i sexdamen di Vgayet

 

 

Bibliographie

 

Basset A.1969 La langue berbère,International African Institute, London Bloomfield L. 1970 Le langage, Paris Payot. Chaker S. Textes de linguistique berbère, Paris, CNRS Dallet J.M. 1982, Dictionnaire Kabyle- Français Paris, SELAF Delheure J. 1986, Les études sur la langue mozabite 1987, Grammaire de la teggargrent (Ouargla) manuscrits Galand L. Etudes de linguistique berbère de 1957 à 1996.Annuaire de l’Afrique du Nord, T. IV, Paris, pp.743-765 ; 1953, La phonétique dialectologique berbère, Orbis, t II, 1, pp 225-233 Leguil A. Structure s prédicatives en berbère, thèse, Université Sorbonne Nouvelle. Paris III Mammeri M. Poèmes kabyles anciens, Paris Maspero, Voix- Tajerrumt tantala n teqbaylit Martinet A. 1969 Le français sans fard, Paris, PUF ; 1970, Economie des changements phonétiques, Ed. Francke, Berne, 3ème éd. Troubetzoy N.S., 1949, Les principes de phonologie, Trad. Jean Cantineau, 1957 Paris, Klinckiel Ait Ahmed- Slimani S. Proverbes berbères de Kabylie, Inzan, l’Harmattan 1996


 

 

  

Retour en haut

Numéro 77  Juillet 2015

La contribution :

Phonotactique et néologisme

 

 

Professeur Noura TIGZIRI

Université Moulloud Mammeri de Tizi-Ouzou

 

 

 

S’il est vrai que le besoin en terminologie, par conséquent en néologie, se fait de plus en plus sentir avec l’introduction de la langue amazighe dans le système éducatif et les systèmes de communication, il n’en demeure pas moins qu’il faut être très prudent dans les créations de ces nouveaux mots. En effet, non seulement, ils véhiculent un sens, un concept, une vision des choses, un référent culturel mais ils doivent aussi se soumettre au système, pas seulement de composition, de dérivation, mais phonotactique du berbère. Ainsi, se poser la question pourquoi, certaines créations lexicales sont rejetées, non admises parce que non mémorisées, est primordial pour l’épanouissement de la langue à travers ses locuteurs.

 

Nous savons qu’en berbère, presque tous les mots dérivent de racines triconsonantiques qui sont issues en majorité de racines biconsonantiques. Chaque langue possède un inventaire de phonèmes mais aussi, un inventaire de combinaisons de phonèmes.

Si en berbère, la suite GZMT est admise, elle ne l’est pas en français par exemple. Si spink est admis en anglais, npink n’est pas admis. Ainsi chaque langue a des contraintes phonotactiques auxquelles on doit absolument s’intéresser et même étudier de très près pour dégager les règles de combinaison des phonèmes en berbère.

L’unité de combinaison est la syllabe, qui elle-même se divise en attaque, coda et noyau qui contiennent des consonnes. Les syllabes des langues humaines sont organisées selon des « patterns » (CVCC, CVC…)

 

La création lexicale (de néologismes) ne doit pas se faire juste parce qu’il y a un vide et que le besoin se fait sentir : Faute de l’existence d’une terminologie spécialisée, des néologismes fusent de partout sans aucune étude poussée pour la plupart d’entre eux : en effet, il ne suffit pas d’assembler des mots (composition) et de faire des dérivations pour créer un néologisme ! Combien de néologismes sont créés que les locuteurs n’utilisent pas parce qu’ils ne les mémorisent pas ? s’est-on intéressé aux raisons de cet échec ?

La création de néologismes doit non seulement obeir aux contraintes de phonotactiques de la langue berbère, mais on doit s’assurer aussi que ce nouveau mot ne dérive pas à partir d’un tabou ou de connotations péjoratives ! L’être humain n’est pas une machine qui va répéter des suites de mots qu’on lui donnera. On affaire à un être avec un référent culturel, un savoir linguistique et ce sont ces données qu’il faut absolument prendre en considération si on veut que ces néologismes soit mémorisés et réutilisés par les usagers de la langue ;

 

Quelques règles pour la construction de néologismes :

 

Les premières contraintes relèvent du fait que la plupart des racines en berbère sont triconsonantiques issues majoritairement de biconsonantiques et que le berbère n’admet pas de racines homorganiques.

 

Pour dégager des règles de phonotactique (combinaisons de phonèmes) il est à mon avis indispensable d’étudier toutes les racines admises en berbère et les combinaisons de  phonèmes admises dans ces racines

Une petite étude sur une cinquantaine de racines du dictionnaire de Dallet (kabyle-français)

a permis de dégager les quelques règles phonotactiques suivantes :

Vu le rôle prépondérant constaté des sonantes, nous tenons à les rappeler dans ce qui suit : ce sont les nasales m, n… les vibrantes r, ɣ…les semi-voyelles w, y…les liquides l…

 

1- Dans toute combinaison, on doit avoir au moins une sonante qui doit suivre une explosive. Mais je dois signaler qu’on peut trouver des exceptions assez rares comme BZG…

 

2- Chaque racine contient au plus 2 sonantes. Les exceptions comme RWI sont très rares.

 

3- Dans la racine, au moins une sonante est précédée par une occlusive. La sonante peut apparaître en position médiane (BRZ) ou finale (HḌR)

 

4- La sonante n’apparait en position finale de la racine que si une autre apparait en position initiale : RGL, MGR

 

5- Si deux sonnantes sont l’une à côté de l’autre, la deuxième est obligatoirement + vocalique : BRY, KNW à quelques exceptions près : FRN

 

Professeur Noura TIGZIRI

Université Moulloud Mammeri de Tizi-Ouzou

 

 

 

 


  

Retour en haut

Numéro 77  Juillet 2015

 L’ évocation :

AWAL AMAZIΓ

 

Sur certains point, nous n’avons pas avancé : loin de là !

 

Le logiciel "AWAL" 1989 du Pr Nait-Abdellah est sorti en 1989. Toutes les commandes sont en tamazight (kabyle) L'auteur en a parlé au Colloque de Ghardaia, en 1991. 


En 1992, il donne une conférence à L'Université de Bgayet en 1992, en présence de Mme Abrous. Département n Tmazi
ɣt, 1ère promotion des magisters. 


Nous avions détecté une faille dans le logiciel que le professeur n'avait pas remarquée : la commande "imprimer" ne répondait pas. Probablement parce que personne ne l'avait utlisé ! Cela a coûté des milliers d'heures de tavail à l'auteur.


Si je me souviens bien, en appuyant sur F9; le texte basculait de la méthode Mammeri vers Tifinagh (Bessaoud).


Ce logiciel, sous DOS, n'a pas connu le succès qu'il mérite pour 3 causes : 1°) les outils informatiques étaient rares et très chers à l'époque,2°) le manque de publicité, 3°) l'arrivée de Windows 3 qui a supplanté le DOS. .


Awal était un enfant prématuré, précoce : il mérite une mise à jour ! Avis à nos informaticiens qui sont maintenant nombreux et pas paresseux du tout ! Bien au contraire ! La fougue de la jeunesse est précieuse !

 

  

AWAL AMAZIΓ

 

( Copyright (c) 1989, AreZqi Nait Abdallah, Tackult Software )

 

 

 

        Le logiciel AWAL AMAZIɣ est le premier logiciel de traitement

de texte spécialement con‡u pour la langue tamzɣt.  Ce logiciel est

multi-fenêtres, et permet l'édition simultanée de plusieurs fichiers.

 

        Le manuel que vous êtes en train de lire a été produit avec AWAL.

Pour pouvoir visualiser les lettres amaziɣes s sur l'écran, vous devez lire

ce manuel sous AWAL AMAZIΓ. Pour ce faire, une fois AWAL lancé, il

convient d'entrer les commandes

 

                              <F1><echappement>fv

 

puis d'entrer le nom de ce fichier.

 

 

1. Matériel nécessaire

 

        Pour pouvoir utiliser correctement le logiciel de traitement de

textes AWAL AMAZIΓ, vous avez besoin d'un ordinateur IBM-compatible

muni d'une carte graphique EGA ou VGA. Vous avez besoin d'au moins 128 K

de mémoire vive.

 

        L'impression de textes écrits sous AWAL peut se faire, en

caractères latins, sur un imprimante laser en utilisant le logiciel TeX.

Elle peut aussi se faire, en caractères tifinar, sur une imprimante

matricielle Epson-compatible, en utilisant le logiciel Fancy Font.

Si vous utilisez une imprimante matricielle, vous avez la possibilité

d'utiliser, dans un même texte imprimé, l'alphabet latin et l'alphabet

tifinar.

 

        Les logiciels TeX ef Fancy Font ne sont pas fournis avec AWAL.

En revanche, AWAL vous permet de produire du code directement imprimable

sur ces logiciels. Les polices de caractères amaziɣs sont fournies

sur la disquette avec AWAL. La disquette contient une police en alphabet

latin (LATIN12.FON), et deux polices en alphabet tifina(TIRA90.FON

et SSERIF90.FON).

 

 

 

 

2. Caractéristiques du logiciel AWAL AMAZIɣ

 

Le code produit par le logiciel AWAL est du ``code ASCII TAMZIɣT'',

qui est très proche du code ASCII standard, et a été spécialement conçu

pour le tamazit. Dans la suite de ce manuel, nous appellerons ce code

le code ``AWAL AMAZIɣ'', ou simplement le `code Awal'.

 

2.1. Alphabets possibles

 

        AWAL est le premier logiciel de traitement de textes qui vous

permet d'utiliser au  choix, l'alphabet latin ou l'alphabet  tifina.

Pour passer d'un alphabet à l'autre, il suffit d'appuyer sur

la touche F1. C'est un excellent outil d'initiation à la lecture et à

l'écriture en langue tamazit.

 

2.2. Polices de caractéres tifina

 

        Pour la conception et la réalisation des polices de caratères

tifina, nous avons essayé de revenir autant que possible au

modèle antique (l'alphabet libyque), en tenant compte bien s–r des

évolutions qui se sont produites depuis. Nous avons aussi d– nous

soumettre aux contraintes sévères des matériels informatiques existants

sur lesquels nous avons travaillés. L'alphabet tifinarésultant,

et qui est proposé dans ce logiciel, est l'aboutissement de ces deux

conposantes.

 

2.3. Impression des textes

 

        AWAL permet de produire des textes imprimables en caractères

latins sur imprimante laser en utilisant le logiciel TeX, ou en

caractères tifinasur imprimante matricielle.

 

 

 

 

3. Manuel d'utilisation

 

3.1. Comment utiliser ce logiciel

 

        Ce logiciel est d'une utilisation très simple.  L'utilisateur

doit d'une part savoir comment utiliser son clavier, qui dans l'état

actuel des choses n'est en général pas conçu pour le tamazit, pour

entrer les lettres spéciales au tamazit, d'autre part il doit se

familiariser avec les commandes d'édition du logiciel AWAL.  Nous

examinons ces deux questions tour à tour.

 

3.2 Lettres spéciales au berbère

 

        Le codage des lettres spéciales au tamazit (diacritiques, etc.)

a été fait avec le double souci d'une utilisation commode sur ordinateur

personnel, et d'une régularité des principes appliqués. Nous avons

aussi d’obéir aux contraintes un peu particulières du matériel

utilisé.

 

        Le codage AWAL AMAZIɣ des lettres spéciales au tamaziɣt est le suivant.

 

 

 

Lettre spéciale                  Valeur                Minuscules     Majuscules

(alphabet amazi)

 

                                          â                                  ain                             Ctrl-a         Alt-a

                                          č                                   tch                              Ctrl-c         Alt-c

                                        d emphatique               Ctrl-d                            Alt-d

 

                                        dj                                 Ctrl-g                         Alt-g

                                        h emphatique               Ctrl-n                         Alt-n

                                         ts                                 Ctrl-o                       Alt-o

                                          r emphatique               Ctrl-r                         Alt-r

                                        s emphatique              Ctrl-s                        Alt-s

                                        t emphatique                 Ctrl-t                      Alt-t

                                        ghain                               Ctrl-v                     Alt-v

                                        dz                                 Ctrl-x                       Alt-x

                                        z emphatique                Ctrl-y                        Alt-y

 

 

        Par exemple, pour obtenir un d emphatique minuscule, il faut

appuyer simultanément sur la touche `Controle' et sur la touche `d'.

 

 

 

3.3. Commandes d'édition du logiciel

 

        Le Logiciel AWAL AMZIɣ est utilisable au moyen d'un

ensemble de commandes de base, et d'une hiérarchie de menus.  Ces menus

sont (presque) tous rédigés en langue tamazit.  Il y a un menu

principal, et six menus secondaires accessibles à partir du menu

principal.  Les menus secondaires permettent d'accéder aux commandes de

manipulation de fichiers, de blocs de texte, de gestion de fenêtres, et

d'autres commandes d'édition.

 

        Chaque commande de chaque menu est exécutée en tapant la lettre

associée à cette commande. Cette lettre est souvent la première lettre

du nom de la commande. Dans tous les cas elle est indiquée en majuscule

avec le nom de la commande.

 

 

 

 

3.4. Commandes de base (Déplacement dans l'écran)

 

        Ces commandes sont communes à tous les éditeurs de textes.

Elles permettent de se déplacer dans l'écran au moyen des flèches

``curseur'' qui se trouvent sur la partie gauche de votre écran.  Ces

commandes sont utilisables à la fois en ``mode commande'' et en ``mode

entrée de texte''.

 

        Les commandes curseur `gauche', `droite', `haut', `bas', `page

haut', `page bas', `home', `fin', etc.  ont la signification intuitive

associée.  Essayez-les pour vous familiariser avec elles.

 

        La commande d'effacement Backspace permet d'effacer le

caractère précédent.  La commande Del efface le caractère courant.

 

        Les commandes `controle-gauche' et `controle-droit' vous

permettent de sauter d'un mot à l'autre.

 

        La commande `controle-home' vous positionne au début du texte

contenu dans la fenêtre courante. La commande `controle-fin' vous

positionne à la fin du texte contenu dans la fenêtre courante.

 

        Les commandes `controle-page haut' et `controle-page bas' vous

permettent de sauter d'une fenêtre à l'autre.

 

        La touche `Insertion' vous permet de basculer entre le mode

insertion et le mode remplacement de texte, lorsque vous êtes en train

d'entrer du texte.  Lorsque vous êtes en mode insertion, cela est

indiqué par le drapeau GER (insérer) affiché sur la partie droite de la

`barre de controle' (deuxième ligne sur votre écran).

 

 

 

3.5. Menu principal

 

 

        Le menu principal contient les choix possibles suivants:

 

 

Aru     iFayla     Gzem     Kks     Rr     Sers     T: Ttaq    tiXeddit    Z: Zreg

 

 

Chaque choix est sélectionné au moyen de la lettre majuscule associée.

(Exemple: la lettre f selectionne le choix ``ifayla''.) Les choix sont:

 

 

ARU       Entrer dans le mode entrée de texte. C'est le mode dans lequel vous

          devez être lorsque vous êtes en train de rédiger un texte. Lorsque

          vous lancez AWAL, vous êtes mis d'office dans ce mode. Pour sortir

          de ce mode et repasser au menu principal, vous devez taper sur la

          touche d'échappement (`Nser' en tamazit).

 

IFAYLA    Cette commande vous donne accès aux commandes de manipulation de

          fichiers (afaylu, pluriel ifayla en tamazit).

 

GZEM      Cette commande vous donne accès aux commandes de sortie de l'éditeur.

 

KKES      Efface la ligne courante.

 

RR        Restitue les lignes effacées, dans l'ordre inverse de celui o— elles

          ont été effacées. Seules les 20 dernières lignes effacées peuvent

          être ainsi restituées. La restitution peut se faire n'importe o—

          dans le texte.

 

SERS      Permet de définir un certain nombre de paramètres de l'édition en cours.

 

TTAQ      Donne accès aux commandes de manipulation de fenêtres d'édition.

 

TIXEDDIT          Donne accès aux commandes de manipulation de blocs de texte.

         ( Bloc = tixeddit, en tamazit)

 

ZREG     Donne accès à certaines commandes d'édition.

 

 

 

 

3.6. Menu iFayla (Manipulation de fichiers) :

 

        Ce menu se présente sous la forme suivante:

 

 

<IFAYLA>:   Alsaru   Kkes   ɣer     Print   Skcm-tex    Tex    Wnnez    ḤreZ

 

 

Les diverses commandes ont la signification suivante:

 

ALSARU    (copier) Cette commande copie le fichier contenu dans la fenêtre

          courante vers un fichier sur disque ou diskette.

 

KKES      Effacer de la fenêtre de travail courante le fichier courant.

 

ΓER      Insérer un fichier dans la fenêtre courante. Les lettres associées

          à cette commande sont v et controle-v.

 

PRINT     Traduire le fichier courant en code imprimable en tifinar sur

          imprimante matricielle.

 

SKCM-TEX          Traduire un fichier source TeX en alphabet amazi

          (code AWAL), et l'insérer dans la fenêtre de travail

          courante.

 

TEX       Traduire le fichier Awal courant en code TeX, et écrire le

          résultat sur un fichier disque.

 

WENNEZ    (initialiser)   Initialiser l'espace de travail avec un nouveau

          fichier

 

ḤREZ     (sauvegarder) Mettre à jour le fichier en cours d'édition,

          sans arrêter la session.

 

 

 

 

 

 

 

3.7. Menu Gzem (Sortie de l'éditeur)

 

        Ce menu se présente soue la forme suivante:

 

 

         <GZEM>:    Alsaru      Brez      Effeɣ      Print      Tex      hreZ

 

 

La signification des commandes de ce menu est la suivante.

 

        Les commandes ALSARU, PRINT, ˜REZ, et TEX sont communes au menu IFAYLA

(voir le menu secondaire précédent, ci-dessus) et opèrent

de la même manière.

Les autres commandes opèrent comme suit.

 

 

BREZ      (terminer) Cette commande sauvegarde le fichier contenu dans la

          fenêtre courante, puis sort de l'éditeur AWAL.

 

EFFEΓ    Quitter l'éditeur (aucune sauvegarde n'est faite.)

 

 

 

 

3.8. Menu Sers (Définition de paramètres d'édition)

 

 

        Ce menu se présente sous la forme suivante:

 

Alemmas autoIndent     Tab     ΓeLlef            idis-aYeffus      Idis-aZelmaḍ

 

Ces commandes ont la signification suivante:

 

ALEMMAS           Centrer la ligne courante.

 

AUTOINDENT        Faire basculer mode d'auto-indentation.

 

TAB               Définir la largeur du Tab (touche de tabulation).

 

ΓELLEF           (justifier) Justifier à droite et à gauche

                  le paragraphe courant.

 

IDIS-AYEFFUS      (marge droite) Définir la marge droite.

 

IDIS-AZELMAḌ   (marge gauche) Définir la marge gauche.

 

 

 

 

 

3.9. Menu Ttaq (Manipulation de fenêtres)

 

        Ce menu se présente sous la forme suivante:

 

  <TTAQ>:    tiGejdit    Izireg    Cudd    Ddu-ɣer    Kks    Ldi    <1..9>

 

 

TIGEJDIT          (colonne) Déplacer le curseur (tarat) à une colonne donnée.

 

IZIREG            (ligne) Déplacer le curseur à une ligne donnée.

 

CUDD              (lier) Lier le flot de texte entré dans une fenêtre donnée

                  à une position donnée d'une autre fenêtre.

 

DDU-ΓER          (aller à) Aller à une fenêtre donnée.

 

KKES              (enlever) Détruire une fenêtre donnée.

 

LDI               Ouvrir une nouvelle fenêtre.

 

<1..9>            Aller à la fenêtre correspondant au numéro indiqué.

 

 

 

 

3.10. Menu tiXeddit (Manipulation de blocs de texte)

 

 

        Un bloc de texte (tixeddit) est un paquet de lignes qu'on veut

manipuler en bloc. Une fois qu'il est défini, le bloc de texte est

illuminé pour le distinguer du reste du texte.

        Le menu des commandes correspondantes est le suivant:

 

       Aru    Bdu    Effer    Fak    taGGara    Kkes    siWeḍ    taZwara

 

Voici la signification de chacune de ces commandes:

 

 

ARU       Recopier le contenu d'un bloc à l'endroit courant. Le bloc lui-

          même ne bouge pas.

 

BDU       Définir le début d'un bloc de texte.

 

EFFER     Cacher (ou faire apparaŒtre) l'illumination d'un bloc de texte.

 

FAK       Définir la fin d'un bloc.

 

KKES      Effacer le bloc défini. Le contenu du bloc est perdu.

 

SIWEḌ     Déplacer le bloc à l'endroit courant.

 

TAGGARA   Positionner le bloc en bas de la fenêtre, et se positionner

          à la fin du bloc.

 

TAZWARA   Positionner le bloc en haut de la fenêtre, at se positionner

          au début du bloc.

 

 

 

3.11. Menu Zreg (Commandes d'édition)

 

 

        Le menu des commandes d'édition se présente sous la forme suivante:

 

    Afed    Cred    Beddel    Neggez    Rnu    kkes-Yeffes    <1..9>

 

Ces commandes ont la signification suivante:

 

AFED     (trouver) Trouver une chaŒne de caractères donnée.

 

CREḌ     (marquer) Placer une marque à la position courante du curseur.

          On pourra par la suite sauter directement à cet endroit-là

          au moyen de la commande Zreg/Neggez.

 

BEDDEL   (remplacer) Remplacer une chaŒne de caractères par une autre.

 

NEGGEZ    Sauter à un endroit dèjà marqué.

 

RNU      (répéter) Répéter une commande AFED ou BEDDEL précédente.

 

KKES-YEFFES       Tout effacer jusqu'à la fin de la ligne courante.

 

<1..9>    Sauter à l'endroit marqué par la marque correspondante.

 

 

 

 

                                               Arezki Nait Abdallah

                                    (Professeur à l'Université Western Ontario)

 

 

 

 

 

Retour en haut

 Numéro 77  Juillet 2015

  Le paysage :  

 

Pays de Saint Augustin et d’Apulée, Thubursicu Numidarum, Madauros…

 

par  ABDELWAHAB BOUMAZA,

IN El Watan, Mardi 26-08-2014

 

 

 

Indubitablement, la région de Souk Ahras en est une de légendes et d’histoire. La période antique y est riche en événements. Nous sommes dans le pays des hommes libres, dans celui des Numides, qui  ne virent et n’entendirent cavalcader, l’une après l’autre, plusieurs civilisations, ou plutôt plusieurs conquérants : Phéniciens, Romains, Vandales, Byzantins, sans une résistance farouche.

Pfft !... Finalement, ne restent dans l’oued que ses pierres, comme on dit. Ne restent debout que des ruines, en somme des pierres de taille, avec lesquelles les Romains ont fait des centres urbains, et les Byzantins des citadelles, des forts ou des fortins, dont cependant l’inestimable valeur n’est pas à démontrer. En effet, comme toute civilisation ne vient pas du néant, étant incontestablement imprégnée, d’une manière ou d’une autre, de celle qui l’a précédée, sous les nombreux vestiges romains et byzantins qui parsèment cette région, il y a autant de traces berbères et numides.

 

 

L’on peut citer plusieurs sites classés patrimoine national :  Taghaste (Souk Ahras), Thubursicu Numidarum (Khemissa), Madauros (M’daourouch), Thaghura (Taoura),  Tipaza de Numidie (Tifech)...  Cette région donnera de grands génies pour l’humanité. Nous parlions entre autres de Saint Augustin, Apulée de Madaure, Maximus du même lieu éponyme (ami du premier), rhéteur et grammairien, et Nonius Marcellus, grammairien et lexicographe latin, surnommé «le péripatéticien de Thubursicu». Des génies, surtout les deux premiers, qui avaient alors ouvert la porte de la modernité, à (pour) ceux qui en ont fait grand cas (et le font toujours d’ailleurs).

 

Leurs descendants ou leurs concitoyens continuent à les ignorer, ou à les jeter carrément aux oubliettes. Même les sites, instructifs au plus haut point, principalement en matière d’identité, n’intéressent personne. Oui, le tourisme en Algérie, surtout celui culturel, qu’il soit local ou autres, n’est pas pour demain ni pour après-demain. Ailleurs, le plus petit coin touristique (sites archéologiques, historiques, naturels ou autres) fait l’objet d’une revalorisation appropriée et devient une source importante de revenus. Gravitent tout autour plusieurs petits métiers et commerces artisanaux, voire industriels.

 

 

Des bibelots, des breloques, des cartes postales et autres bidules se rapportant à ce lieu font rentrer, mine de rien, beaucoup d’argent. Cela permet surtout d’en garder vivace la mémoire, et toujours présente l’histoire. Chez nous, ces lieux sont déserts à longueur d’année. Ils ne s’animent que le temps d’une visite officielle ou une rare excursion d’étrangers. De fait, nous avons été trois fois à Khemissa ces derniers temps, chef-lieu de commune distant de Souk Ahras de 37 km, précisément aux vestiges de Thubursicu Numidarum, nous y avons passé pratiquement à chaque fois toute la journée, nous nous sommes retrouvés seuls dans cette grande cité numido-romaine.

 

 

A part les gardiens qui se trouvent un peu partout dans le site, il n’y a pas âme qui vive. L’on a aussi remarqué que la gendarmerie dresse son barrage juste au niveau de l’entrée du site. On ne peut se garer devant l’entrée, mais de l’autre côté de la route. De quoi étouffer l’envie du plus grand des curieux d’y aller faire un tour !

 

 

On peut en dire autant du site de Madauros.  Enfin, nous ne pouvons parler de ces lieux sans évoquer Amar Tlili, décédé il y a quelques années. Enseignant et passionné d’archéologie et d’histoire, il avait à cœur de protéger ces lieux ; il nous racontait, entre autres anecdotes, comment lui et son ami Kateb Yacine faisaient le désherbage parmi les ruines de Khemissa. Questionné à propos de ces sites, Mourad

Zerarka, enseignant d’archéologie à l’université du 8 Mai 45 de Guelma, nous renvoie aux travaux de Stéphane Gsell et Charles Albert Joly.

 

 

Au pays des Numides

 

 

Dans l’avant-propos du fascicule sur des fouilles effectuées par Charles Albert Joly à Khemissa, M’Daourouch et Announa, écrit par Stéphane Gsell, on peut lire ceci : «Bourg d’une tribu indigène, Thubursicu devint une grande cité romaine, sans infusion importante de sang nouveau, par la volonté des Numides qui l’habitaient. Madauros, transformée par la création d’une colonie de vétérans, fut, malgré quelques souvenirs du passé, un centre véritablement romain, un foyer de vie latine, la patrie du célèbre écrivain Apulée, la ville élégante et lettrée où Saint Augustin vint faire une partie de ses études». Plus tard, Jacques Heurgon, latiniste, écrit dans le bulletin de l’association Guillaume Budé (année 1956) : «Timgad et Djemiîa étaient des créations ex nihilo de la colonisation romaine ; leur population, bien que des éléments indigènes y fussent venus s’y agréger, était fondamentalement romaine.

 

Madaure (était un) centre numide qui existait dès le IIIe siècle av. J.-C, (puis) a été entièrement transformée par la fondation d’une colonie de vétérans sous les Flaviens. Mais Khamissa (ou) Thubursicu Numidarum offre l’exemple significatif, parmi d’autres, d’un bourg indigène attaché au nom de la tribu (Numidae) dont il était antérieurement le chef-lieu, où persistent les civilisations et les langues libyques et puniques, et qui, pourtant, sans afflux de sang nouveau, par l’assimilation sans réticence des Numides qui l’habitaient, devient une grande cité romaine, et sans doute, quoique l’histoire n’en fasse pas mention, une des plus considérables de l’Algérie antique».

 

Le site de Thubursicu Numidarum (Khemissa) s’étend  sur  65 ha  et conserve de nombreux vestiges. Le tracé de la ville est toujours visible ; l’on peut y voir aussi un beau théâtre encore bien conservé, la platea vetus  (l’ancienne place ou forum), le forum novum, les petits et les grands thermes. Le fort byzantin trône sur une colline au milieu du site, et 16 autres à l’extérieur et tout autour de la cité. L’on voit aussi des tables de mesure, un nymphée, la porte à trois arcs, la porte de Tipaza de Numidie…

 

Sachons que la source donnant naissance à l’oued Medjerda (anciennement appelé Bagrada) se trouve dans le site Khemissa. La ville berbère et numide, comme Cirta, Thibilis, Suthul ou Calama, Tobna... est ensevelie, «écrasée», par ou sous celle romaine.

 

 

Les Numides fidèles à leurs ancêtres

 

 

Selon Gsell : «On a supposé avec assez de vraisemblance que ce lieu a été indiqué, comme une ville forte, par Tacite, dans son récit de la révolte de Tacfarinas. L’historien raconte qu’en 23 ou 24 après J.-C., le Numide recommença la guerre et vint assiéger l’oppidum Thubuscum. Le proconsul Dolabella rassembla à la hâte tout ce qu’il avait de troupes et accourut». Nous pouvons lire aussi ceci : «Les habitants de Thubursicu Numidarum paraissent (…) être restés attachés au souvenir de leurs ancêtres. Une inscription latine, trouvée jadis à Khamissa, mal copiée et aujourd’hui perdue, était un hommage à la mémoire d’un souverain qui régna en Numidie au premier siècle avant notre ère, Hiempsal, fils de Gauda.

 

La vieille langue des indigènes devait être encore très répandue dans cette région ; elle s’écrivait même : à Tifech, à Souk Arhas et aux environs de ce lieu, ailleurs encore, ont été trouvées d’assez nombreuses inscriptions libyques, qui semblent être presque toutes de l’époque romaine. Toutefois, à Khamissa même, on n’en a recueilli qu’une seule.

 

Des sépultures de forme dolménique existent dans le voisinage des ruines, à quelques centaines de mètres au nord-est de l’Aïn el Youdi, le long de la voie de Thagaste, et surtout dans le djebel Tifech, au Sud de la ville. A Thubursicu, certains caveaux, surmontés d’épitaphes latines et abritant des morts incinérés, sont couverts de vastes dalles, sommairement dégrossies, rappelant les tables des dolmens». L’histoire, selon le site de l’Unesco par exemple, nous apprend que Saint Augustin visita plusieurs fois Thubursicu, surtout pour essayer d’apaiser les esprits quant aux problèmes engendrés par le schisme entre Catholiques et Donatistes.

 

A ce propos, pour résumer Mahfoud Kaddache, nous dirons que ces «troubles» faisaient partie des insurrections et des révoltes permanentes dans le pays profond pour l’indépendance. L’autre site important est celui de Madauros. Pour 20 DA seulement (le ticket d’entrée), l’on est transposé dans un autre décor, dans le monde antique. M’Daourouch est à 42 km au sud de Souk Ahras.

 

Le site est à 7 km de la première ville et s’étend sur 70 ha. Il y avait à Madauros, où naquit Apulée, le premier romancier de l’humanité, l’une des plus anciennes escolae de l’Afrique du Nord ou université, où Saint Augustin fit ses études et où Maximus donnait ses cours de grammaire. Les principaux vestiges de cette ville numido-romaine sont le forum, le petit théâtre, le marché, les différents thermes, les huileries, la citadelle byzantine et bien d’autres choses. Beaucoup de pierres de taille sont éparpillées çà et là à l’extérieur de la clôture d’enceinte…

 

Le site de Tipaza de Numidie (Tifech) conserve les vestiges des thermes et la citadelle byzantine. Traversé par la RN 82, celui de Thaghura (Taoura) présente à gauche les restes d’une chapelle et à droite ceux de la citadelle byzantine sur un pic rocheux surplombant la région.

Il faut dire que beaucoup de statues, ex-voto et autres objets archéologiques qui se trouvent actuellement au théâtre romain de Guelma faisant office de musée, proviennent des sites de Khemissa, de M’Daourouch et d’autres lieux environnants. Bien sûr, les trésors archéologiques, les pièces les plus précieuses, sont bien «casés» au musée du Louvre. Bien protégés en somme, diraient certains.

 

ABDELWAHAB BOUMAZA,

El Watan, Mardi 26-08-2014

 

  Retour en haut

Numéro 77  Juillet 2015

L’ interview :

Ecrire en kabyle aujourd'hui pour exister demain


Entretien avec les auteurs Salem Zenia, Mourad Zimu et Ameziane Kezzar

 

Publié dans La Tribune le 14 - 04 - 2011


Entretien réalisé par Azeddine Lateb


La Tribune
: Que signifie pour vous écrire en kabyle aujourd'hui ?


Salem Zenia : Ecrire en tamazight aujourd'hui signifie beaucoup. Pour nous d'abord qui avions lutté pour que cette langue échappe à une disparition presque programmée, ensuite je dirais par solidarité aussi à tous ceux qui partagent avec nous le même destin ou les mêmes préoccupations existentielles. Ensuite pour cette jeunesse qui a tant sacrifié et qui a tant donné d'elle-même. Nous n'avons pas le droit de la décevoir. Ecrire donc dans cette langue est la moindre des choses. C'est aussi une façon d'exister en tant que nation porteuse d'une civilisation et de valeurs. Mais sans la langue et surtout l'écriture, en ce moment même où la technologie avance à grande vitesse, on serait quelque part dilué dans un ensemble qui jouit d'une existence physique, certes, mais sans âme.


Si les sociétés orales ont survécu jusqu'à récemment, grâce à des mécanismes et des fonctionnements propres, qui les ont maintenues en vie, maintenant ces mécanismes ne répondent plus. Si ces sociétés ne s'adaptent pas vite, elles disparaîtront en tant que telles. Les Incas, si on prend cet exemple, n'ont pas tous disparu physiquement, ils existent toujours mais complètement acculturés, hispanisés. Si nous voulons regarder de plus près, nous avons l'exemple de nos frères arabophones majoritairement zénètes qui ne se voient plus comme tels, génétiquement ce sont les descendants des premiers Zénètes arabisés.


Mourad Zimu : Il est clair qu'on ne saurait répondre à votre question comme le ferai n'importe quel auteur qui écrit dans une langue dominante comme le français, l'anglais, l'arabe ou le chinois. Pour nous, Kabyles, écrire a toujours été une manière d'exister et de résister. Même si l'auteur, d'un point de vue individuel, s'éclate, s'exprime, s'amuse, s'affirme et se plaît aussi en écrivant dans sa langue maternelle, pour ses semblables, son acte d'écrire relève du militantisme, un acte qui sauvera leur langue maternelle de la disparition. Me concernant, je m'amuse à croire que notre génération ne s'éteindra pas avant de voir l'émergence d'écrits agréables qui seront bien considérés et bien accueillis non parce qu'ils contribuent au passage à l'écrit d'une langue menacée de disparition, mais, surtout, parce que ces écrits racontent de belles histoires émouvantes. A la sortie de mon deuxième recueil de nouvelles, j'étais beaucoup plus réceptif et ému par les messages des lecteurs qui m'ont parlé des personnages et des chutes de mes nouvelles que de ceux qui m'ont félicité vaguement pour le travail dans des messages bourrés de phrases savantes écrites dans une langue autre que celle qui m'a servi à écrire mon recueil. Laissant donc s'exprimer notre optimisme, disons que pour moi écrire en kabyle me permet de m'exprimer sans protocole et sans détour. Ecrire en kabyle me permet d'être moi-même ce qu'aucune autre langue ne peut m'offrir.
Ameziane Kezzar : Ecrire en kabyle suppose beaucoup de choses. Pour moi, en tout cas, je le fais pour plusieurs raisons : mon amour pour cette langue, la joie que cela me procure de réussir à écrire dans cette langue, mon désir de la faire exister davantage à travers les textes, puis le défi de lui faire dire ce que l'on pense parfois impossible. J'adore son côté indomptable. Elle est à la fois poétique et nerveuse... comme ses locuteurs. A lire de près tout ce qui se publie, exception faite de certains textes qui sont par ailleurs fouillés, cette littérature achoppe sur certaines difficultés : reproduction des stéréotypes, un discours politique improductif de sens et aussi une sorte d'espéranto…


Salem Zenia : On ne peut pas exiger d'une littérature - que je qualifierai moi de néo-littérature, parce que la littérature orale a des siècles d'histoire et de pratiques bien établis, donc on ne peut rien lui reprocher - qui vient juste de naître de se mettre au diapason. Le chemin est long. Il y a beaucoup de «petites littératures» à travers le monde qui ont déjà quelques siècles de pratiques littéraires et de visibilité, n'empêche, elles butent sur les mêmes obstacles que nous connaissons, nous qui venons juste de commencer. Je crois que ces problèmes sont une étape obligée. Nous sommes encore en pleine phase de tâtonnement. Parce que la littérature est une institution. C'est une industrie qui a son propre fonctionnement et tout doit suivre ou participer de l'école qui doit former le lecteur à la société, laquelle doit faire de la littérature une de ses références sinon un de ses repères. C'est le lecteur qui fait d'une œuvre un outil ou un projet. L'écrivain émane de sa société, il ne peut pas s'inventer une autre, une société virtuelle. Il écrit pour elle, il se met à son niveau, suit ses aspirations et écoute ses pulsions. La société doit pousser l'écrivain à lui donner le meilleur de lui-même, je parle bien sûr des lecteurs, des critiques, et de toute la chaîne. Ainsi, dans une relation amante se nourrissant l'un de l'autre, ils peuvent arriver à un résultat étonnant. Tous les autres problèmes collatéraux, si j'ose dire, ne sont que des détails qui peuvent signifier quelque chose parfois, mais qui peuvent être aussi insignifiants.


Mourad Zimu: L'état dans lequel est plongée notre langue, qui est toujours de plus en plus menacée parce qu'elle ne dispose pas de moyens pour se développer, a longtemps empêché l'émergence d'une vraie critique littéraire de ce qui s'écrit en kabyle. C'est pour cela que nous avons vu paraître des manuscrits qui n'ont rien à voir avec la littérature. Des écrits qui racontent mal des histoires sans aucune beauté et aucun mérite. Des écrits incompréhensibles parce qu'ils sont structurés sur une syntaxe complexe et présentés avec un foisonnement de néologismes. Ces écrits difficilement appréciables n'ont fait le bonheur que d'une petite minorité de militants berbéristes qui ne savent pas qu'un écrit destiné à une élite ne sauvera jamais une langue de la disparition. Je crois, par contre, que la situation commence à changer. C'est peut-être un passage obligé pour notre langue.


Ameziane Kezzar : Oui, à lire parfois certains textes, on se rend compte que leurs auteurs ont tendance à reproduire les formes de leur langue de formation. On dirait qu'ils pensent dans une autre langue tout en écrivant en kabyle. Cela va effectivement jusqu'au cliché. Ils transposent des locutions de leur langue de lecture vers le kabyle, ce qui risque de créer des contre-sens ou tout simplement des non-sens. Cela dit, j'admire les gens qui écrivent en kabyle, même ceux qui versent dans le néologisme et le calque. Chacun le fait à sa façon et sans doute par amour pour cette langue. Aujourd'hui, nous avons plus besoin de quantité que de qualité. Pour cette dernière, ne vous inquiétez pas, le temps s'en chargera. Il fera le tri. Pour l'instant, l'essentiel, c'est d'écrire. Le jour où cette langue disposera d'un Etat, d'une académie et d'une armée, vous verrez, ce jour-là, on aura plus d'écrivains que de militants dans le domaine. 


Les auteurs les plus prometteurs pratiquent l'adaptation. Ils disent si bien qu'une littérature en kabyle est possible…


Salem Zenia : La littérature est un domaine vaste. L'adaptation ou la traduction ne peuvent représenter à elles seules ce domaine vaste et riche qu'est la littérature. Il se trouve que les auteurs qui ont adapté justement des œuvres importantes d'auteurs universels l'ont fait avec un grand succès, mais cela ne suffit pas évidemment pour en faire une littérature ou sinon l'unique littérature. Beaucoup de chantiers sont nécessaires et indispensables pour qu'on puisse parler de littérature et nous n'en sommes qu'à nos débuts. Il n'existe pas de langue sans littérature, pour ainsi dire. Il suffit peut-être de la découvrir ou de la redécouvrir ou carrément la promouvoir, et ça c'est une autre histoire.


Mourad Zimu : Je le crois aussi. Cela a commencé avec Mohia (Ad s-yaafu Rebbi). Je l'ai déjà dit ailleurs à propos des chansons adaptées. Les adaptations sont là pour oxygéner une culture cloîtrée dans un traditionalisme qui menace de l'isoler et de l'étouffer. Il y a quelques années, de nombreux Kabyles croyaient qu'écrire en kabyle limitait déjà au départ leur liberté de s'exprimer sur tous les sujets. Il fallait donc, quand on écrit en kabyle, accepter de se limiter à certains thèmes. Il fallait aussi faire attention à son langage, tenter de puiser au maximum dans la culture orale, tout cela, comme nous l'avons dit avant, a aidé à l'émergence d'écrits de plus en plus loin des réalités actuelles. En poésie, le passage s'est bien passé. Le succès d'Aït Menguellet dans les années soixante-dix a libéré notre poésie et l'a rapprochée beaucoup plus de la jeune génération. On était dans une poésie politiquement correcte, confinée dans les thématiques de l'exil, de la révolution ou du nationalisme, et Lounis est venu pour dépoussiérer le tout et révéler les émotions et les rêves de toute une génération avec des mots simples, compris de tous, et des images et des métaphores nouvelles. Il nous faut à présent un auteur qui fasse en littérature ce qu'a fait Aït Menguellet en poésie. L'expérience cinématographique kabyle a commencé aussi avec de grandes réalisations qui restent, cependant, sur le plan thématique, complètement en déphasage avec la réalité d'aujourd'hui, donc bien loin des préoccupations de la jeune génération. Mais le salut viendra lorsque nous regarderons des films qui raconteront des histoires tirées de la réalité. Cela donnera un coup de pouce énorme à notre langue.


Ameziane Kezzar : L'adaptation, à mon sens, est aussi un choix facile. Même si elle transmet l'esprit de l'œuvre adaptée, elle demeure très infidèle. C'est cela même qui a inspiré à Nicolas Perrot d'Ablancourt le titre de son livre sur la traduction les belles Infidèles. Pour le moment, l'adaptation, pour nous, reste un recours incontournable. Cela nous permet de gagner du temps et de faire dire à la langue kabyle autre chose que la litanie locale, éculée et usée par le langage folklorique. Cela dit, l'adaptation a ses limites, elle ne peut pas répondre quand il s'agit de textes scientifiques. Là, l'adaptateur doit laisser sa place au traducteur. Fidélité oblige. Il est donc impératif que nos élites se penchent sur ces problèmes. Elles doivent s'organiser en corporations, pour pouvoir créer des outils de travail linguistiques : les médecins des termes médicaux, les dentistes des termes dentaires, les architectes des termes d'architecture, etc.
Depuis quelques années, l'édition a pris plus d'essor. Par contre, le lectorat reste assez marginal. Comment vivez-vous cette situation ?


Salem Zenia : C'est contradictoire. Si l'édition a pris plus d'essor, cela veut dire qu'il y a un lectorat, même relatif, mais il existe. Avant, les éditeurs réfléchissaient deux fois avant d'éditer un quelconque ouvrage, non seulement en tamazight mais aussi dans les autres langues. Cela dit, il faut toujours compter sur les éditeurs militants, qui sont encore indispensables. Pour une littérature, disons plutôt une jeune littérature qui se cherche et qui se fait, l'éditeur militant est toujours le bienvenu. Mais il faut toujours garder l'espoir.


Mourad Zimu : Je ne suis pas tout à fait d'accord avec vous sur ce point. Ce serait un suicide pour un auteur que d'affirmer qu'il y a un lectorat marginal. Disons qu'il y a des soucis dont nous avons parlé avant. Mais là, avec les trois départements de langue et culture amazighes et les centaines d'étudiants qui s'y inscrivent chaque année, ajoutons à cela les résultats de l'enseignement de notre langue dans les lycées, les collèges et bientôt dans les écoles élémentaires, je vous assure que les choses finiront par s'arranger à condition, toutefois, que nous, auteurs, fassions l'effort de produire des écrits susceptibles d'intéresser les jeunes générations.
Ameziane Kezzar : L'édition, c'est comme le reste. Créer une édition dans une société peu lectrice est une véritable aventure. J'admire ceux qui s' y lancent, bien que la qualité du livre kabyle laisse à désirer. Car, dans l'édition, un livre bien fait encourage à acheter et à lire. Espérons que cela s'améliorera avec le temps et avec l'expérience. Quant au lectorat, on ne peut malheureusement demander l'impossible à des gens pour qui, jusqu'à récemment, le fait d'écrire relève de la sorcellerie. Le terme kteb était, pour nos proches ancêtres, lié à l'amulette. Si on ajoute à cela le manque de bibliothèques, de conférences, de lectures collectives... rien n'incite à lire. Le roman est considéré comme un objet de perversion. Même si, en Kabylie, l'écrivain est devenu respectable, grâce notamment à Feraoun et Mammeri, la lecture n'est pas pour autant devenue chose courante. Alors, vivre de sa plume, c'est quasiment impensable, à moins que vous soyez un écrivain-fonctionnaire dont l'employeur est le système. Là, vous aurez droit à tout, à la subvention, à l'édition de qualité, à la presse, voire au salaire. N'oublions pas que la langue kabyle est combattue de partout. Du coup, écrire, éditer et faire lire en kabyle relèvent presque du parcours du combattant. Pour ma part, je suis conscient de tous ces problèmes et je les affronte avec beaucoup de sérénité. N'est-ce pas ce qui fait le charme du fait d'écrire en kabyle ?
 

Publié dans La Tribune le 14 - 04 - 2011


Entretien réalisé par Azeddine Lateb

 

 Retour en haut

Numéro 77  Juillet 2015

Tidlisin nnien :

 

 

 

ADJRAW_N_YIWALEN _TUMZABT_T-TFRANSIST_J.DELHEURE

 

INITIATION-AU-KABYLE-MADELEINE-ALLAIN-CEBF-1954

 

AALI-D-REMDAN-FDB-N°47

 

AKKEN-QQAREN-MEDDEN-FDB-N°48

 

ANEJMAA-N-TADDART-J.LANFRY

 

 

 

LEXIQUE-FRANCAIS-TOUAREG-JM.Cortade-M.Mammeri

 

AIT-EMBAREK-NOTES-D-ENQUETE-LINGUISTIQUE-H.GENEVOIX

 

AT-YANNI-H.GENEVOIS

 

BIDA-MUNICIPUM-en-MAURETANIE-CESARIENNE-J.MARTIN

 

 

 

PLANTES-MEDICINALES-ET-AROMATIQUES-DrFourment-DrRoques

 

HERBIER-DE-LA-GRANDE-KABYLIE-J.M.DALLET

 

LA-CIVILISATION-DES-KABYLES-L.FROBENIUS

 

Afeɛɛes, la question d'Henri Alleg, s teqbaylit en PDF

_ JM DALLET Dictionnaire Français-Kabyle.pdf

 

_ JM DALLET Dictionnaire Kabyle-Français.pdf

 

 

  Plus de livres dans notre rubrique  Téléchargement :

http://www.ayamun.com/telechargement.htm

 

 

Retour en haut

 Numéro 77  Juillet 2015

Les Poèmes :

1°) Aas i isebren uysen 

sɣur Muḥend-Uyeḥya

 

Aṭas i isebren uysen 
Nesber i wayen ur nelli
Nuggad ula d aseɣwen 
Nerra-ţ i tsusmi d tguni
Yella Ṛebbi d amεiwen 
Mi nekker ard as-nini
Ifen-aɣ wid yemmuten 

Yeεdel wass-a d yiḍelli 


Nreffed nesrusu s wallen 
Neswa qeḍran d ilili 
Si tmara ifadden kkawen 
Mi neɣli d acu i d-nsuli 
Siwa abeḥri i d-yeffalen 

Nehren-aɣ amzun d ulli 

Meḍlen-aɣ d imuddiren 
Mi d aɣ-mekknen s imenɣi 


I tili  i yaɣ-d-qqimen 
Drus ay swan n tidi 
Ad segrin idammen 
Ma nugi ad nbeddel tikli 
Uggadeɣ akka d asawen 
Uggadeɣ ad nɣelli ad nɣelli 
Alama nenger d ayen 


Muḥend-Uyeḥya

 

 

 

2°) Tayri yellem wul-iw

 

sɣur Sihem Σakkuc

 

Awal ad yezzi gar Selyuna d yIdir.

 

Selyuna :

Fek-iyi-d taruka

Rnu-yi-d aqerdac

Sbedd ifeggagen

Bɣiɣ ad lemdeɣ aẓetta

Abernus-ik d nekk ara t-yessalin

Tikkelt s tkurt n taḍut

Tikkelt s tkurt n tayri

Akken ara t-saliɣ iri, iri

 

Yal m ar ad t-tesburreḍ

Ad k-id-yesmekti

ɣef yetran d tirga

ɣef wussan nni

ɣef tayri nni

D nekkini

 

Ha ad yemmes ! ţxil-k

Win d amenzu ara zḍeɣ nekk

D azedgan ay bɣiɣ ad t-afeɣ

Yal mara d-t-tmuqleɣ

Iniyi-d kan amek i t-tebɣiḍ kečč

 

yIdir :

Abernus-iw !

Ur t-bɣiɣ d aberkan

Bɣiɣ-t d amellal

Akken ad t-ḥadreɣ

Yak ɣef temlel i ţbinen ilufḍan

Bɣiɣ-t yeḥma deg wemwan

Am urɣu di tegrest

Bɣiɣ-t semmeḍ di tefsut

Am wegris deg unebdu

Akken ɣef yiri-w ur itekkes

 

Bɣiɣ ad ternu fella-as tgitart-iw

Ad yicbiḥ ɣef uεidiw-iw

Bɣiɣ ad yili annect-iw

I nekk kan iwumi ara  d-yekfu

Ur t-bɣiɣ am win n Mḥend-nneɣ

Ur t-bɣiɣ am win n wAkil-nwen

Bɣiɣ-t akken i t-sarmeɣ kan nekki

Akken ḥedd ur t-yeţlusu

 

Bɣiɣ ma ulac uɣilif

Ad yernu ɣef lḥaf-im

Ur t-yesxenčučuf wefzim-im

Ɣef yidis-iw ma telliḍ

Bɣiɣ ad t-teţwaliɣ deg wallen-im

Deg-sent yeţicbiḥ kulci

Seg tala-nni n tayri

Ad t id-teslexseḍ

S ufus-im ad t-treqmeḍ

Send mara d ay-t-id-tefkeḍ

 

Axx taruka

Atan uqerdac

Bedden ifeggagen

Zeḍ-iyi-d abernus

Ţxil-m zeḍ-d kan i nekk.

 

Selyuna :

Ifukk ubernus-ik

Urǧin yemles yumes

Teseḥnunfeḍ-t almi i yeqqres

Akken i tgiḍ ula i wul-iw !

 

Ass-a takurt n tayri-w tekres

Mi εeddaɣ ad ţ-fsiɣ teqres

Amek ara geɣ  i wul tafaweţ ?

Tiɣersi ma ǧǧiɣ-ţ

Taεeṭtart ad  i-semmin

Ma giɣ-as tafaweţ

Tagellilt ad i-yinin

Tikkelt nniḍen ur ţ-ţaǧǧaɣ ad teqres

Am tgellidt ad ay i ţwalin

Neɣ mi tεedda tekres

Ad rreɣ fell-as timedlin

 

S amradan n iḥulfan ad tali

I tranfa din ad tili

Din ur teţeḥnunuf

Ur teţexnunus tayri

Ma d nekk deffir uẓetta agi anef iyi

Ad salayeɣ ibernayas n tayri

Win ar ad ten-yesburren ur yelli

 

Tikkelt agi ad uɣaleɣ ɣer uxellal d ugertil

Abernus ur d-yegli s tayri

Ma ssiɣ-ten ahat ad terzu fell-i

Ad tnes ɣur-i

 

Zrin iseggasen temlal-d Selyuna yIdir

Islef as ɣef lḥenk is

Yenna :

Ahat teţruḍ ur lliɣ ɣer yidis im

Neɣ yella d wayeḍ ig sefḍen  imeṭti-m

Ahat yesbur abernus-im

idel axellal-im

S tesmed tḍegger afus-is

Tenna :

Ur steqsay ɣef yeẓri-w

Ma yekkaw neɣ yengi

Sefqed-as i wul-iw

Lukan d illel ay yella

Armi yennfel seg meṭti

Ur steqsay ɣef ubernus d uxellal-iw

Gulleɣ ur tesburruyeḍ ayen yezda ufus-iw

 s tayri yellem wul-iw

Gulleɣ ur ḥenteɣ

 Ɣef win ur igin azal i tezdeg n tayri-w

Qqim i wsemmiḍ tura

A war yefsi wedfel ɣef wul-ik

Nekk win yeqqur dayen

Yugar ablaḍ yensan i wegris.

 

Siham Σekkuc

Bgayet2008

 

 

 

3°) Melmi i yemmut Matoub ?

 

Sɣur Karim Hamadouche

 

 

 

Melmi i yemmut Matoub ?

 
Anwa it-yenghan? 


Anda yemdel ?

 
Matoub yefti , yughal am tafat deg yigenni .

 D itij agh-d-yeţwali ! 


Matoub ur d illul ara akken ad yemmet .

 

Ulac mmi-s uccamar i izemren ad t-innegh .

Ulac adabu ara t-ihebsen.

 
Ur ye
ţmeţat ! 
Ur ye
ţwahbas ! 


D adu , d abheri n tlelli iteddun ghef yidurar .

 Yeslef i yill agrakal, yezzi i

Tferkka yezger s agafa.

Yewwed yal tama, ula d Marikan ugafa negh Jamaika .

 
Matoub ass-a yetthena imi di yal tama n umadal icnu yezha .

 Di yal tazqa yezga ssut-is yehma , yessakay-d tigduda !


Matoub ur yemmut ara !

 

Karim Hamadouche

 

 

 

  Retour en haut

Adresse de messagerie électronique :  

ayamun@Hotmail.com

Adresse Web:

http://www.ayamun.com/

Retour en haut

Retour au titre

 

 

tanemmirt, i kra iẓuren ayamun, cyber-tasγunt n tsekla tamaziɣt, ar tufat !

Retour à Bienvenue

@Copyright  ayamun 2000
Dernière révision :
lundi 13 juillet 2015